"Pas de F-16 supplémentaires en Libye"

Le ministre sortant de la Défense, Pieter De Crem (CD&V), affirme que la Belgique n'engagera pas de chasseurs F-16 supplémentaires en Libye. Les avions déjà engagés peuvent cependant être employés pour mettre hors service des cibles au sol, a-t-il laissé entendre aujourd’hui.

Le secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen a demandé hier lors d’un sommet à Berlin que les Etats membres envoient « quelques avions de plus » en Libye. Selon le ministre des Affaires étrangères Steven Vanackere (CD&V), la Belgique n’a pas encore reçu de demande précise en ce sens. « Notre pays fait des efforts suffisants », a-t-il déclaré hier à la radio lors de l’émission « De ochtend ».

Peter De Crem se montre d’accord avec Steven Vanackere. La remarque d’Anders Fogh Rasmussen ne s’adresse pas à la Belgique, selon lui. Les six F-16 engagés depuis la base grecque d'Araxos, ne servent pas uniquement à faire respecter la zone d'exclusion au-dessus de la Libye (opérations air-air), mais mènent déjà aussi des missions supplémentaires pour éliminer des cibles au sol (opérations air-sol).

« Beaucoup de pays assurent uniquement des opérations aériennes, notre pays a déjà exécuté des bombardements ». Actuellement, neuf Etats membres ont envoyé des avions en Libye, trois d’entre eux ne mènent pas de bombardement.

Le ministre de la Défense a précisé qu’avec ces F-16, la Belgique peut encore mener « une série de missions supplémentaires ».

Le chef de la composante Air, Claude Van De Voorde, avait déclaré précédemment que la Belgique était en état, si nécessaire, d'engager temporairement des avions de chasse supplémentaires.