Le premier bateau venant du Japon est sûr

Le premier navire qui est arrivé au port de Zeebrugge en provenance du Japon après la catastrophe nucléaire dans la centrale de Fukushima, qui a fait suite au tremblement de terre et au tsunami, ne présentait pas un niveau de radioactivité accru. C’est ce qu’indique l’Agence fédérale belge pour le contrôle nucléaire.

Le navire qui vient d’amarrer au port de Zeebrugge a fait route pendant quatre semaines depuis Nagoya, une ville portuaire située au sud de la capitale japonaise Tokyo.

A son arrivée au port flamand, il a été soumis à un contrôle pour détecter éventuellement des concentrations plus élevées d’iode et de césium. Les valeurs qui ont ainsi été mesurées correspondaient cependant aux radiations normales.

Deux navires en provenance du Japon doivent encore arriver au mois d’avril en Belgique. L’un amarrera au port de Gand, et l’autre à Zeebrugge. Ces navires seront également soumis par l’Agence fédérale pour le contrôle nucléaire à la procédure de sécurité d’usage.

Le séisme du 11 mars au nord-est du Japon, et le tsunami qui a suivi, ont notamment touché la centrale nucléaire de Fukushima, dont plusieurs réacteurs ont explosé. D’où les craintes de contamination nucléaire.