Vangheluwe a quitté sa retraite en France

La mère-supérieure de l’abbaye française où l’ancien évêque de Bruges - coupable de faits de pédophilie - avait trouvé refuge a insisté auprès du Vatican pour qu’il s’en aille, à la suite de l’interview très controversée qu’il a accordée à la chaîne privée flamande de télévision VT4. Entretemps, l’évêque d’Anvers Johan Bonny a déclaré qu’il connaissait l’identité du confesseur de Vangheluwe, mais qu’il n’avait pas l’intention de la communiquer au parquet.

Roger Vangheluwe a quitté l’abbaye de Ferté-Imbault, en Sologne (France), où il avait trouvé refuge et se recueillait. C’est en tous cas ce qu’a indiqué la mère-supérieure de l’abbaye (photo) à la chaîne de télévision flamande VTM. La communauté monastique française qui avait accueilli l’ancien évêque responsable de faits de pédophilie ne voulait plus devoir supporter l’assaut des médias suscité par l’interview accordée par Roger Vangheluwe à la chaîne de télévision flamande VT4.

L’ex-évêque de Bruges avait été accueilli à Ferté-Imbault à la demande du nonce apostolique. Mais la mère-supérieure aurait insisté auprès du nonce en Belgique pour que Vangheluwe change de cachette. Ce dernier aurait donc quitté l’abbaye samedi soir.

Secret de la confession

Lors de l’interview qu’il accordait jeudi soir, en direct, à VT4, Roger Vangheluwe avait déclaré avoir parlé à son confesseur de l’abus sexuel dont il s’était rendu coupable sur deux de ses neveux. L’interview controversée a maintenant aussi soulevé des questions quant au devoir que devraient avoir les prêtres de révéler des affaires de pédophilie.

Entretemps, l’évêque d’Anvers Johan Bonny (photo) déclarait ce dimanche dans l’émission télévisée de la VRT "De Zevende Dag" qu’il connait l’identité du confesseur de l’ancien évêque de Bruges, mais qu’il n’a pas l’intention de la dévoiler. "Je ne ferais pareille chose pour personne. Je ne dois pas non plus savoir ce que quelqu’un a dit à son confesseur. Cela appartient au secret de la confession".

La justice est pourtant à la recherche du confesseur de Vangheluwe. Johan Bonny s’attend à ce que le Vatican s’exprime, dans le courant de la semaine prochaine, sur une nouvelle sanction plus sévère à l’encontre de Roger Vangheluwe. Jusqu’à présent, le Vatican avait ordonné à l’ancien évêque de Bruges de quitter la Belgique pour se soumettre à un traitement spirituel et psychologique en France.

L’évêque Johan Bonny estime que Roger Vangheluwe doit au moins être réduit "au silence" et exclu de la "vie publique chrétienne".