Les Hautes Fagnes perdent 1.000 hectares

Un violent incendie s’est déclaré lundi vers 17h00 dans une zone difficile d’accès en Hautes Fagnes. Ce mardi matin, les pompiers avaient pu maîtriser les flammes, mais il faudra des jours avant que le feu soit complètement éteint. Une superficie de 1.000 hectares de végétation a été détruite.

L’incendie s’est déclaré vers 17h00 ce lundi, dans une zone des hautes Fagnes très difficile d’accès. La Plan catastrophe provincial a été déclenché peu après au niveau des pompiers.

Environ 300 pompiers, issus des corps de Malmedy, Eupen, Verviers, Welkenraedt, Waimes, Theux, Bullange, La Calamine, Lontzen et Herve, ainsi que 25 pompiers de la localité allemande de Montjoie ont été appelés en renfort et ont finalement dû lutter pendant toute la nuit pour tenter de maîtriser les flammes. La protection civile est également descendue sur les lieux, alors que l’hélicoptère de la police fédérale arrivait sur place vers 19h00, pour arroser des zones totalement inaccessibles aux camions et aux hommes.

Le vent est tombé dans le courant de la nuit, si bien que les pompiers sont parvenus à maîtriser les flammes et éviter que la zone touchée ne s’étende encore. Il faudra cependant encore plusieurs jours pour éteindre complètement le feu. L’incendie n’a fait aucune victime.

Vers 23h30, deux nouveaux foyers d’incendie ont été localisés dans les Fagnes. Selon la zone de police du Pays de Herve, ils seraient d’origine criminelle. « Nous ne connaissons pas encore l’origine de l’incendie, mais il semble que cela a donné des idées à d’autres ou qu’une seule personne soit à l’origine de cette catastrophe », indiquait ce lundi soir la zone de police.

Végétation ravagée

Environ 1.000 hectares de végétation sont partis en fumée pendant l’incendie. C’est l’équivalent de 1.500 terrains de football en superficie.

Il s'agit du "plus grand incendie de Fagnes" jamais connu, assurait Claudy Marchal, commandant des pompiers d'Eupen. "Il est au moins cinq fois plus important que celui de 2004", qui avait ravagé au mois d'août une centaine d'hectares.

Selon Léo Schlembach, directeur de la Division de la Nature et des Forêts de Malmedy, les dégâts écologiques et économiques engendrés par le violent incendie auraient pu être beaucoup plus importants. « Le travail des différents corps de pompiers durant toute la nuit a permis d’éviter que le feu ne pénètre dans la forêt domaniale et dans la tourbière hautement active. On constate tout de même de sérieux dommages au niveau des caillebotis et des clôtures ».

Selon Schlembach, seule la petite faune a été touchée. « Nous sommes passés dans la réserve ce mardi matin, et nous avons pu apercevoir des lézards et des oiseaux, il n’y a donc pas trop d’inquiétude à avoir à ce niveau ».