Dendermonde traque les "cycloterroristes"

Dendermonde veut chasser les «cycloterroriste» actifs sur son territoire. Un nouveau règlement de police interdit aux cyclistes de rouler dans un peloton de plus de dix coureurs. Qui ne respecte pas le règlement encourt une amende de 120 euros.

Les rives de l’Escaut sont très populaires auprès des touristes à deux roues. Mais, dans l’agglomération de Dendermonde, les grands groupes de cyclistes posent vraiment problème en termes de sécurité. « Il s’agit ici des cyclistes individuels qui se baladent en groupe, parfois ils sont une centaine à pédaler de concert », a expliqué le bourgmestre Piet Buyse (CD&V) lors de l’émission ‘De Ochtend’ sur Radio1. « Ils roulent selon leurs propres critères et causent de gros embarras aux habitants. »

«Nous n’avons pas de problème avec les clubs cyclistes. Ils ont des capitaines de route et aucun peloton n’arrive comme un ouragan», a tempéré Piet Buyse. «Les habitants nous demandent de faire quelque chose avant qu’un accident arrive».

«Dans le passé nous avons déjà réaménagé les rues et adapté l’infrastructure pour chasser les dangereux cyclistes hors de l’agglomération. La nouvelle réglementation réclamera des capacités policières supplémentaires», a ajouté le bourgmestre.

Les groupes de plus de dix cyclistes sont donc dorénavant interdits. De plus, une distance minimale d’un kilomètre doit obligatoirement séparer deux groupes. Qui ne se conformerait pas au règlement risque une amende de 120 euros et la confiscation du vélo. La fédération flamande des cyclistes déplore que la ville ait adopté une nouvelle réglementation, car les contrevenants peuvent déjà être attrapé avec la loi actuelle. Elle se plaint également d’un manque de concertation.