La Belgique félicitée à l'ONU mais peut mieux faire

La Belgique a été largement félicitée lundi à l'ONU pour ses engagements en faveur des Droits de l'Homme, au cours de l'"examen périodique universel" (EPU) auquel elle s'est soumise, mais a été incitée à s'améliorer notamment sur la protection de l'enfance, l'égalité des sexes, l'asile et la migration, la lutte contre le racisme ou encore la situation dans les prisons.

La toute grande majorité de la cinquantaine de pays qui ont interrogé pendant trois heures le ministre des Affaires étrangères Steven Vanackere (CD&V) ont souligné la forte implication de la Belgique dans l'examen périodique universel.

La présence du ministre à Genève, l'implication de la société civile dans les rapports présentés, la ratification de plusieurs textes internationaux majeurs, constituent autant d'éléments positifs relevés par la plupart des délégations nationales.

Les scandales pédophiles en Belgique semblent avoir marqué nombre d'intervenants qui ont interrogé le ministre sur la protection de l'enfance en matière d'abus sexuels, mais aussi concernant l'absence d'interdiction claire des "châtiments corporels" (interdiction de la fessée).

L'égalité femme-homme, la surpopulation carcérale, la "croissance" des propos ou actes racistes, le traitement des demandeurs d'asile, les droits des migrants ou encore l'absence d'une institution nationale sur les Droits de l'Homme ont constitué les principaux thèmes abordés. 

Vanackere promet une amélioration en 2013

Le ministre des Affaires étrangère Steven Vanackere a expliqué à la VRT-radio que la Belgique devait être très attentive à la situation dans ses prisons où il y a une surpopulation.

Il estime également que la critique concernant la situation des demandeurs d'asile dans notre pays est justifiée.

Le nombre de demandes a doublé au cours des trois ou quatre dernières années. Et d'une manière générale; il y a eu aussi un certain nombre de demandes de ratifier une série de traités qui ne l'ont pas encore été. 

Certains pays ont demandé à ce que la Convention cadre sur les droits des minorités soit adoptée.

A ce jour, la Belgique a signé la convention mais aucun parlement ne l'a ratifiée en l'absence de définition commune de minorité nationale, la notion étant interprétée très différemment par les responsables politiques flamands et francophones. Le gouvernement flamand ne reconnaît pas les francophones de Flandre comme une minorité.

Steven Vanackere a estimé qu'à part la Fédération de Russie et la Slovénie aucun pays n'avait posé de question sur ce sujet pas même la France ou le Canada. Ces derniers ont par contre insisté pour que la Belgique ratifie le protocole se rapportant à la Convention contre la torture, notre pays attend la création d'un organe de contrôle.

Le chef de la diplomatie belge a promis une amélioration d'ici le prochain rapport en 2013.