Niveau d'alerte inchangé en Belgique

Pour l'instant il n'y a aucune raison d'élever le niveau de menace pour notre pays, et il n'est donc pas envisagé actuellement de renforcer la sécurité, a indiqué Peter Mertens, porte-parole du centre de crise du SPF Intérieur, en réaction à l'annonce de la mort d'Oussama Ben Laden lors d'une opération américaine.

Peter Mertens a précisé que le centre attend de l'OCAM, l'Organe de Coordination pour l'Analyse de la Menace, une nouvelle analyse de la menace. "Sur cette base, nous allons examiner si les mesures actuelles doivent être réajustées", a précisé le porte-parole.

Jef Schoenmaekers, le porte-parole de la ministre démissionnaire de l'Intérieur Annemie Turtelboom (Open VLD) a indiqué que le niveau global de vigilance est maintenu au niveau 2 (moyen) en Belgique.

Pour l'ambassade américaine et les intérêts américains en Belgique, le niveau 3 (sérieux) est également maintenu.

Pour les institutions de l'UE et de l'OTAN, la vigilance est accrue. "Actuellement, il n'existe aucun indice d'une menace précise", a ajouté Jef Schoenmaekers. "Mais l'OCAM évalue constamment la situation."

"Même mort Ben Laden continuera à inspirer des groupes terroristes"

Le coordinateur européen pour le contre-terrorisme, le Belge Gilles de Kerchove, a estimé que, même mort, Oussama Ben Laden, continuerait d'inspirer des groupes terroristes pour un certain temps encore.

"L'impact du symbole d'Oussama Ben Laden continuera d'inspirer des groupes affiliés et des individus pour un certain temps encore, ce qui doit nous inciter à rester vigilants", a commenté M. de Kerchove
En poste depuis septembre 2007, le coordinateur européen a salué "l'opération pleine de succès" des forces spéciales américaines.
"C'est une étape supplémentaire significative dans nos efforts collectifs pour prévenir la dispersion du terrorisme", a-t-il ajouté.
"Sur base des informations disponibles, les circonstances de cette difficile opération ont rendu impossible la capture d'Oussama Ben Laden vivant. Sa mort affaiblit un peu plus le noyau d'Al-Qaïda, une organisation dont les capacités opérationnelles ont été sérieusement dégradées ces dernières années", souligne-t-il encore.