Verhofstadt: "Une nouvelle décennie d'espoir a commencé"

Guy Verhofstadt, chef du groupe libéral au Parlement européen, s'est dit "soulagé", lundi, après l'annonce de la mort d'Oussama Ben Laden tout en regrettant que celui-ci n'apparaîtra jamais devant la cour pénale internationale pour sa "violence injustifiable".

J'espère sincèrement que la mort de Ben Laden signifiera la fin d'une décennie de terreur et de terrorisme. Après les dix années d'espoir qui ont suivi la chute de l'Union soviétique, nous avons vécu dix ans de peur, ce qui a engendré un mouvement de nationalisme et d'exclusion.

Avec les révolutions démocratiques dans le monde arabe, et maintenant la fin d'Oussama Ben Laden, un nouvelle décennie d'espoir a commencé", a jugé l'ancien Premier ministre belge.
"Il est absolument nécessaire maintenant de ne pas créer une nouvelle génération de gens frustrés par l'attitude du monde occidental. Et il n'y a qu'une seule voie pour réaliser cela: soutenir sans hésitation le peuple qui lutte pour la liberté et la démocratie dans le monde arabe", ajoute-t-il.
Selon M. Verhofstadt, le communauté internationale doit dès lors clairement soutenir les peuples de Syrie, du Liban, de Bahrein et du Yemen notamment, "et s'opposer sans équivoque à la répression indiscriminée des populations", conclut-il.