Le Narcis envoyé au large de Misurata

Le chasseur de mines Narcis va être envoyé au large de la ville de Misurata, la troisième plus grande ville de Libye, assiégée depuis près de deux mois par les troupes de Kadhafi. L’annonce a été faite par le gouvernement Leterme.

Le Narcis avait déjà été engagé pour contrôler le respect de l’embargo sur les livraisons d'armes à la Libye.

A présent, ce navire servira aussi à enlever les mines flottantes placées par les troupes de Mouammar Kadhafi au large du port de Misurata afin d’empêcher l’approvisionnement de la ville.

Misurata est la seule ville de l’ouest de la Libye aux mains des rebelles. Elle est assiégée par les troupes fidèles à Mouammar Kadhafi.

La Belgique participe aussi à 'opération "Unified Protector" de l'OTAN en Libye et y a envoyé six chasseurs-bombardiers F-16 afin de défendre les rebelles contre les troupes de Khafafi.

Selon l'Otan le port de Misrata reste accessible

L'Otan a annoncé mardi que le port libyen de Misrata (200 km à l'est de Tripoli) restait accessible bien qu'il soit toujours bombardé par les forces loyales à Mouammar Kadhafi qui l'assiègent et qu'une mine flottante à la dérive constitue une menace pour la navigation.
"La situation à Misrata, soumise à des bombardements intenses, reste critique", mais "le port de Misrata n'est pas fermé" et "nous avons aménagé un couloir" maritime, a indiqué à la presse le vice-amiral Rinaldo Veri, au nom du quartier général de l'opération "Protecteur unifié", à Naples (sud de l'Italie).
Quatre embarcations relevant des forces de Mouammar Kadhafi ont largué trois mines au large de Misrata vendredi dans le but apparent de couper la ville et ses 300.000 habitants de toute aide humanitaire.
Deux de ces mines ont été détruites samedi par l'Otan. Mais la troisième, partie à la dérive, n'avait toujours pas été repérée mardi après-midi, malgré l'arrivée dans la zone de chasseurs de mines de l'Otan, a précisé l'officier italien.
"Nous faisons tous les efforts pour que le secteur soit sécurisé et nous cherchons toujours cette mine", a précisé l'amiral Veri, en appelant les armateurs de la marine marchande dont une unité traverserait la région concernée ou se dirigerait vers Misrata à prendre contact avec l'Otan.