Enquête interne après un cas de maltraitance à Duffel

Le ministre flamand du Bien-être, Jo Vandeurzen (CD&V) a demandé qu’une enquête interne soit effectuée après la révélation d'un cas de maltraitance dans une famille d’accueil à Duffel (Anvers). Le ministre s'est demandé comment la fillette a pu être maltraitée pendant dix ans sans que personne ne le remarque.

De ses trois à treize ans, la fillette devait dormir à même le sol, ne recevait comme unique nourriture que des aliments périmés et moisis et ne pouvait se laver qu'à l'eau froide.

Les faits ont débuté il y a dix-huit ans, lorsqu'elle est arrivée à l'âge de 3 ans chez la mère d'accueil, sa mère biologique, une prostituée toxicomane, n'étant pas en mesure de s'occuper de son enfant.

Lorsqu'elle avait quatorze ans, le service d'accueil a constaté qu'il y avait un malaise au sein de la famille d'accueil.

L'adolescente a alors été placée dans une institution. Mais il faudra attendre 2007 pour qu'elle ose, alors âgée de 17 ans, raconter au juge de la jeunesse en charge de son dossier, ce qu'elle a subi.

L'affaire a été traitée vendredi par le tribunal correctionnel de Malines. La mère d’accueil risque trois ans de prison, son compagnon un an.

La jeune fille aujourd’hui âgée de 21 ans garde actuellement encore des séquelles.

Jo Vandeurzen se dit choqué

Le ministre flamand du Bien-être, Jo Vandeurzen s’est dit choqué en entendant ce témoignage.

Les faits n’étaient connus ni par l’Office de la petite enfance Kind en Gezin ni par le service d’accueil Jongerenwelzijn.

"Même si les parents d’accueil ont tout fait pour cacher cette maltraitance, on se demande comment des actes aussi cruels ont pu échapper à la vigilance des institutions durant toutes ces années", s'est demandé le ministre.

Au tribunal les parents d’accueil ont reconnu en partie les faits mais ont déclaré que la jeune fille exagérait.