Les chauffeurs De Lijn absents 18 jours par an

Les chauffeurs de la société de transport De Lijn sont en moyenne absents de leur lieu de travail 18 jours par an. Un chiffre beaucoup plus élevé que la moyenne enregistrée dans le secteur privé et chez les fonctionnaires flamands, selon des informations relayées par ‘De Standaard’ et ‘Het Nieuwsblad’.

Une absence moyenne de 18 jours par an correspond à une absence de 8,5% du temps de travail. En comparaison, un employé du secteur privé est absent durant 2,1% de ses jours de travail et un ouvrier 3,5%.

Les journaux en réfèrent aux chiffres que le parlementaire Marino Keulen (Open Vld) a demandé à la ministre de la Mobilité Hilde Crevits (CD&V). Selon Marino Keulen, les autorités flamandes pourraient épargner au minimum 28 millions d’euros si De Lijn enregistrait un taux d’absentéisme pour cause de maladies aussi bas que celui du secteur privé.

Marino Keulen associe les chiffres de l’absentéisme à un état d’esprit. « Dans le public, on reste plus facilement à la maison que dans le privé. On est certain de son job, tandis que le personnel du secteur privé est plus rapidement mis à pied. »

Selon la porte-parole de De Lijn Astrid Hullhoven, l’important absentéisme n’est pas dû à une approche laxiste. De Lijn a une politique de contrôle sévère. « Si une personne est absente trois fois sur l’année, un médecin fait une visite de contrôle lors de la troisième absence. Et le malade doit pouvoir présenter un certificat médical valable dès le premier jour d’absence ».