Le Vlaams Belang courrouce avec un canif

Sous le slogan "Le Vlaams Belang se bat pour vous", le parti flamand d’extrême-droite offre un mini-canif à ceux qui remplissent un questionnaire sur l’insécurité. Indignés, plusieurs bourgmestres bruxellois envisagent de porter plainte. Filip Dewinter du Vlaams Belang qualifie l’affaire de "vaudeville".

Ces derniers jours, le Vlaams Belang a distribué une brochure dans les boîtes aux lettres de citoyens des 19 communes bruxelloises, dans laquelle le parti d’extrême-droite flamand y accuse les allochtones d’être responsables de l’insécurité dans la capitale et de violence conjugales, mais aussi de profiter du système belge des soins de santé.

A la brochure est attaché un questionnaire au sujet de la sécurité et de la qualité de vie dans les quartiers. Le parti promet à chaque Bruxellois qui renverra ce questionnaire complété de lui envoyé un canif gratuit. « Soyez certains : le Vlaams Belang se bat pour vous », indique encore la brochure.

Cette initiative a suscité l’indignation de plusieurs bourgmestres et élus bruxellois, qui ont chargé des avocats d’étudier le dossier dans le but de déposer plainte. A leurs yeux, le Vlaams Belang distribue une arme potentiellement dangereuse et se rend coupable d’incitation à la violence.

« Je trouve cela inacceptable pour l’ordre public et la sécurité », affirme le bourgmestre d’Etterbeek, Vincent De Wolf (MR). « Je pense aussi qu’un parti politique n’a pas le droit de faire des cadeaux. Dès aujourd’hui, je vais rédiger un décret communal qui mette fin à la distribution de ces brochures. C’est symbolique peut-être, mais ce n’est pas acceptable ».

"Vaudeville" selon Dewinter

Filip Dewinter (photo), l’une des figures de proue du parti d’extrême-droite flamand, estime que la plainte éventuelle des bourgmestres est « du niveau d’un vaudeville ».

« Il s’agit d’un mini canif, en fait d’un porte-clefs de 5 centimètres avec une lime à ongles et une lame de 2 centimètres », indique une communication de Dewinter. Sur le site internet Twitter, il a placé une photo du canif (photo ci-dessus). « Vu la grandeur du petit couteau, il est clair que le Vlaams Belang ne lance pas un appel à prendre la justice en mains propres ».

Le gadget ressemble cependant beaucoup à de la provocation. Mais selon Dewinter, « les bourgmestres veulent simplement détourner l’attention des véritables problèmes de la criminalité des immigrés ».