L’incendie de Kalmthout sous contrôle

Après la pluie de la nuit de jeudi à vendredi, plus aucune reprise de feu n’a été constatée ce vendredi dans la réserve naturelle de Kalmthout, en région anversoise. La centaine d’habitants qui avaient dû être évacués en raison de la fumée ont pu réintégrer leur domicile ce matin. Quelque 600 hectares de nature, sois un quart du domaine, ont été détruits par les flammes.

La centaine d’habitants qui résident le long d’un côté de la réserve naturelle de Kalmthout (en région anversoise) et qui avaient dû être évacués jeudi matin en raison de la fumée dégagée par l’incendie des broussailles ont finalement passé la nuit dans un motel à Brasschaat, ou chez des proches. Ils ont pu réintégrer leur habitation ce vendredi midi.

Pendant ce temps, les pompiers en nombre sont restés sur le terrain pendant toute la nuit et ont arrosé les foyers de feu. « A un certain moment, la situation a semblé critique et nous avons craint que les flammes n’attaquent une nouvelle partie de la réserve naturelle. Mais il a heureusement plu davantage que prévu la nuit dernière, ce qui a bien aidé les pompiers », expliquait ce vendredi matin le bourgmestre de Kalmthout, Lucas Jacobs (CD&V).

En fin de matinée, les pompiers se concentraient encore sur deux parcelles de 20 hectares, où le feu n’avait pas encore pu être complètement éteint. Les racines des plantes et des arbres y étaient encore incandescentes. Il fallait attendre l’extinction complète de ces foyers pour lever le plan catastrophe provincial et le ramener à un plan communal.

Ce vendredi matin, l’incendie semblait donc être enfin sous contrôle à Kalmthout. Les pompiers devront cependant encore rester vigilants pendant au moins une semaine, à cause des risques de reprise du feu. Lors d’un incendie similaire en 1996, il avait même fallu 3 semaines avant que le feu soit totalement éteint. Tant que les pompiers seront sur le terrain, la réserve naturelle restera fermée au public.

Des ravages importants

Les dégâts occasionnés par l’incendie dans la réserve naturelle sont de taille. Quelque 600 hectares de broussailles et de végétation unique sont ainsi partis en fumée. Cela représente un quart de la superficie du domaine.

« Ce qui rendait la réserve naturelle de Kalmthout si unique, la véritable zone de bruyère, a été détruit », expliquait le gouverneur de la province anversoise, Cathy Berx (CD&V).

Le vent assez puissant et changeant de direction, ainsi que l’accès malaisé à la partie en flamme, ont rendu le travail des pompiers plus difficile. Quatre pompiers ont d’ailleurs été blessés pendant l’opération. Ils ont été hospitalisés pour fractures et entorses. Quelque 60 pompiers ont lutté la nuit de jeudi à vendredi contre l’incendie qui s’était déclaré dans l’après-midi de mercredi.