Des solutions contre le vol de cuivre

Samedi, un homme qui tentait de voler du cuivre sur une voie ferrée a été électrocuté à Ekeren. Pour éviter les vols de cuivre, une pratique devenue de plus en plus courante ces dernières années, la SNCB envisage des solutions.

L'enterrement des câbles en cuivre le long des voies ferrées n'est pas la meilleure solution pour lutter contre les voleurs. D'autres mesures sont actuellement examinées, comme par exemple le remplacement du cuivre par de la fibre optique à certains endroits.

Le projet d'enterrement des câbles dans le sol est "coûteux, compliqué et pas tellement efficace", a indiqué la porte-parole de la SNCB-Holding, Leen Uyterhoeven. « L'opération sera particulièrement coûteuse car nous parlons de plus de 4.000 kilomètres de voies ferrées. Les pertes financières provoquées par les vols nous obligent cependant à rendre les câbles inaccessibles », a-t-elle ajouté.

Une analyse que partage Fréderic Petit, porte-parole du gestionnaire du réseau Infrabel. « Le réseau ferroviaire est très complexe et cette solution n'est pas évidente », a-t-il expliqué. « De plus, les câbles doivent rester accessibles rapidement en cas de problème pour pouvoir éviter de longues perturbations. »

Les deux sociétés examinent les solutions pour éviter les vols. Le remplacement du cuivre par de la fibre optique, la surveillance de certains endroits avec des caméras et la collaboration avec des collègues étrangers sont notamment des pistes envisagées.

La question a également été portée sur le terrain politique, d'après Leen Uyterhoeven. Les ferrailleurs sont ainsi obligés depuis le début de l'année d'identifier les personnes qui viennent vendre des métaux précieux.

La SNCB-Holding a dénombré 717 vols de cuivre en 2010, contre 290 l'année précédente.