Assainir les comptes de l'Etat sans bain de sang social

Le Premier ministre sortant Yves Leterme (CD&V) ne veut pas que la réforme de l’Etat soit utilisée pour couper dans la sécurité sociale, a-t-il expliqué à l’occasion des célébrations du Rerum Novarum dans sa ville d’Ypres. A ses yeux, il est tout à fait possible d'assainir de manière "sociale" les comptes de l'Etat.

Yves Leterme a déclaré qu’il doit être possible de trouver 17 milliards d’euros sans provoquer un bain de sang social. Il indique que l’an dernier il était encore question d’un déficit de 25 milliards pour amener le budget à l’équilibre d’ici 2015.

Ce déficit a été ramené à 17 milliards. « Si l’on peut assainir 8 milliards sur un an, le reste doit pouvoir l’être en quatre ans sans causer de bain de sang », a-t-il dit.

Une sécurité sociale abordable

Dans son discours, le Premier ministre a estimé qu'il n'y avait pas de temps à perdre pour maintenir une sécurité sociale abordable. Un objectif qui sera atteint en maintenant plus longtemps les gens au travail, raison pour laquelle le dialogue entre partenaires sociaux doit être rétabli, a-t-il fait valoir.

Yves Leterme a également jugé intenable la norme de croissance actuelle des soins de santé -4,5%-, alors que les besoins se situent depuis des années en deçà de ce chiffre. Mais la réduction de cette norme de croissance, et donc la diminution de la contribution de l'autorité publique, ne peut conduire à une privatisation, ou une accessibilité réduite, de la Sécu, a-t-il encore jugé.