Après la contrefaçon de CD, le cardsharing

Les services de lutte contre la contrefaçon notent une progression du ‘cardsharing’, cette technique qui consiste à pirater les codes d’accès à divers services numériques.

Les services en charge de la lutte contre la contrefaçon ont saisi l'an dernier en Belgique 179.194 produits contrefaits, pour une valeur estimée à 3,78 millions d'euros. C'est ce qu'a indiqué le ministre Vincent Van Quickeborne en réponse à une question parlementaire écrite.

Les inspecteurs ont saisi un grand nombre de CD et DVD (48.598 pièces), de jouets (33.476), d'accessoires divers (28.293), d'articles de vêtements (19.592), d'appareils électroniques (4.402), de bijoux et de montres (3.533), de flacons de parfum (845) et de sacs à main (690).

Mais le ministre pointe aussi la montée du 'cardsharing', consistant à pirater les codes d'accès à divers services numériques, comme la télévision payante. "Ce phénomène génère des bénéfices importants et est sans doute lié au blanchiment d'argent", selon Vincent Van Quickenborne.