La fin du travail au noir signifie un tiers de faillites

HoReCa Vlaanderen envisage d’introduire une plainte auprès de la Cour constitutionnelle contre l’introduction d’un nouveau système de caisse. Les restaurants sont obligés d’adopter d’ici 2013 ce système qui rendra le travail au noir impossible. « Il causera un tiers de faillites », se plaint l’organisation.

En 2009, la TVA sur les repas servis dans l’horeca a baissé de 21 à 12%. Le secteur de l’horeca avait reçu l’accord du gouvernement de ne pas devoir répercuter ce gain en baissant obligatoirement les prix demandés aux consommateurs. Mais, en contrepartie, les autorités ont exigé comme garantie que l’horeca fasse table rase du travail au noir dans le secteur.

C’est pourquoi chaque établissement sera obligé à partir de 2013 d’adopter un nouveau système de caisse. Ces caisses enregistreuses rendront le travail au noir totalement impossible. Elles seront équipées d'une boîte noire et d'une pointeuse qui enregistreront les transactions financières et les mouvements de personnel. Mais HoReCa Vlaanderen envisage d’introduire une plainte auprès de la Cour constitutionnelle.

« Un tiers des établissements va faire faillite et d’autres affaires vont devoir faire face à de graves problèmes », a expliqué Jan De Haes de HoReCa Vlaanderen dans l’émission ‘De Ochtend’ sur Radio 1. « Même les affaires respectées, les affaires où l’on ne suspecterait pas de travail au noir, se plaignent de cette mesure ».

Si un tiers de faillites est attendu si le travail au noir est banni, cela signifie-t-il donc qu’un tiers des établissements est en fraude ? « Non, mais dans ce pays chacun profite un peu de la situation. Le consommateur est aussi responsable, car il peut profiter depuis longtemps déjà de bas prix. »

"Il y a fraude et faute"

« Le travail au noir est une réalité. Mais il y a le travail noir foncé qui profite à des personnes qui se sont enrichies à court terme. Ensuite, il y a les fautes qui sont commises parce que la législation sociale est tellement compliquée. C’est un déséquilibre entre la réglementation et la réalité. »

« Nous demandons depuis des années une réglementation qui rendrait les affaires beaucoup plus souples. Mais depuis que le gouvernement a opté pour le système de caisse, il ne s’est plus rien passé dans ce dossier. La lutte contre le travail au noir est un combat de longue haleine. Le système de caisse peut en être la phase finale. Les grands fraudeurs doivent d’abord être attrapés », a affirmé Jan De Haes.

HoReCa Vlaanderen constate également que le secteur offre beaucoup de chances aux allochtones et aux travailleurs peu diplômés. « Introduire ce système de caisse est un assainissement glacial. Pour une affaire sur trois, cela signifie le bain de sang », a conclu Jan De Haes.