Un recueil posthume de Claus peut être vendu

Le juge des référés d’Anvers a rejeté ce mardi la demande des fils de l’écrivain flamand (photo), décédé en 2008 à Anvers, de retirer du commerce le recueil "De wolken". Ils estimaient en effet que cette publication posthume d’archives personnelles d’Hugo Claus est une atteinte à la vie privée de leur père.

Thomas Claus et Arthur Kristel avaient intenté une action en référé au tribunal anversois à l’encontre de Veerle De Wit (photo ci-dessous), la veuve de l’écrivain et poète flamand décédé en mars 2008, et de l’éditeur De Bezige Bij. Les fils d’Hugo Claus estiment en effet que la publication posthume du recueil "De wolken. Uit de geheime laden van Hugo Claus" (traduisez en français par ‘Les nuages. Extrait des tiroirs secrets d’Hugo Claus’) - qui contient une sélection d’archives personnelles de l’auteur - enfreint à la vie privée de leur père.

Le juge des référés d’Anvers a estimé ce mardi que les droits personnels de cette nature ne valent qu’aussi longtemps que la personne concernée est en vie. Le tribunal a également fait référence à un document rédigé en avril 2007 par Hugo Claus, dans lequel l’écrivain né à Bruges en 1929 désigne sa femme comme administratrice de son patrimoine personnel. La veuve possède donc tous les droits sur l’œuvre de Claus.

La requête des fils de l’écrivain flamand a donc été déclarée sans fondement. Leur requête vis-à-vis de l’éditeur De Bezige Bij a également été rejetée.

L’auteur du recueil posthume, le journaliste Mark Schaevers qui écrit pour le magazine flamand Humo et était un ami personnel d’Hugo Claus, est en effet connu. Ce qui signifie que la maison d’édition ne peut être considérée comme responsable, a estimé le juge des référés d’Anvers.