Grève d’Aviapartner à Brussels Airport

L’action de protestation de 24 heures entamée mercredi vers 18h00 par le personnel de la société de manutention Aviapartner à l’aéroport de Zaventem prendra fin à 18h ce jeudi, un accord ayant pu être conclu avec la société suisse Swissport. Entre un quart et un tiers des vols ont été annulés ce jeudi en raison de la grève. « La journée s’annonce difficile pour ceux qui ont réservé un vol », affirmait ce matin le porte-parole de Brussels Airport, Jan Van der Cruysse.

Le personnel de la société de manutention Aviapartner, active à l’aéroport international de Zaventem, a interrompu le travail mercredi vers 18h00, après que l’entreprise ait annoncé avoir perdu sa licence au profit de la société suisse Swissport (la plus grande entreprise mondiale du secteur), pour la période allant du 1er novembre prochain au 31 octobre 2018.

Aviapartner emploie actuellement quelque 900 personnes à Brussels Airport, dont 750 uniquement pour la manutention. Les conséquences précises de la décision sur l’emploi n'étaient pas encore claires mercredi, et le personnel d’Aviapartner craignait donc que la perte de licence entraîne aussi des pertes d’emplois.

Flightcare Belgium, le second opérateur présent à l’aéroport international, garde par contre sa licence.

Les répercussions de l’action de protestation chez Aviapartner se sont immédiatement fait sentir sur le trafic aérien à Zaventem, et ce jeudi aussi, de nombreux vols ont dû être annulés. « Pour les compagnies aériennes qui travaillent avec Flightcare, il ne devrait normalement pas y avoir trop de problèmes. Mais pour les compagnies qui collaborent avec Aviapartner, de nombreux vols devront être annulés, et il y aura des retards », annonçait ce jeudi matin le porte-parole de Brussels Airport, Jan Van der Cruysse.

« Sur notre site internet, nous avons publié une liste des compagnies aériennes qui travaillent avec Aviapartner. Il est conseillé aux voyageurs de prendre contact avec leur compagnie aérienne, si elle travaille avec Aviapartner, avant de se rendre à l’aéroport », indiquait encore Van der Cruysse. « Le numéro de la compagnie se trouve sur le billet d’avion. De toute façon, la journée s’annonce difficile pour ceux qui ont réservé un vol ».

Thomas Cook, l’un des grands clients d’Aviapartner, avait déjà décidé mercredi soir de détourner tous ses vols vers des aéroports régionaux, pendant la durée de l’action de grève. Les passagers qui voyagent avec Thomas Cook peuvent se rendre à Zaventem, d’où la compagnie les amènera vers l’aéroport d’où part leur vol pendant la grève.

Discussions entre les syndicats et Swissport

Personnel et syndicats chez Aviapartner étaient inquiets de la décision de supprimer la licence de la société de manutention jusqu’à l’automne 2018. Normalement, les 750 ouvriers d’Aviapartner devraient pouvoir poursuivre leur activité au sein de Swissport, via la convention collective de travail 32bis. Cette dernière stipule que de nouveaux acteurs sur le marché reprennent le personnel qui a fait jusqu’alors le même travail au sein des entreprises qui ont été évincées.

Les syndicats n'étaient cependant pas rassurés. « Swissport a très mauvaise réputation, tant au niveau national qu’international, dans le domaine des négociations sociales et de la protection sociale », indiquait Kurt Callaerts du syndicat chrétien.

L’incertitude demeurait aussi pour le reste du personnel d’Aviapartner qui travaille au service du personnel et assure la permanence aux guichets d’embarquement.

Une réunion a eu lieu vers 11h00, ce jeudi, entre les syndicats, le personnel, le gestionnaire de Brussels Airport et une délégation de l’entreprise Swissport. « La durée de l’action de grève dépendra du résultat de cette réunion. Nous voulons des garanties que le personnel qui est touché par la perte de licence d’Aviapartner à Brussels Airport pourra être repris par Swissport, avec le même salaire et les mêmes conditions de travail », indiquait le secrétaire syndical Thierry Vuchelen (CGSLB).

« Nous parlons en parallèle avec Flightcare et Swissport, parce qu’il n’est pas clair qui recevra les contrats des entreprises qui travaillaient actuellement avec Aviapartner, comme par exemple Thomas Cook et KLM. Nous voulons aussi des garanties de Flightcare que le personnel qui perdra son emploi chez Aviapartner sera repris avec les mêmes conditions salariales et de travail ».

La direction de Swissport indiquait de son côté être confiante sur le bon déroulement de la reprise de licence. « Nous sommes confiants que la décision sera positive pour le développement des aéroports, des compagnies aériennes et du personnel ». La direction de l’entreprise suisse va lancer une phase de « mobilisation », afin d’assurer « une reprise rapide des activités en novembre 2011 ».

Ce jeudi après-midi, on apprenait qu'un accord avait pu être conclu entre les syndicats d'Aviapartner et la direction de Swissport en vue de la reprise de tout le personnel, avec un maintien des salaires actuels. Les syndicats se félicitaient de cet accord et annonçaient donc la levée de l'action de grève à 18h ce jeudi.