Davantage de menaces envers police et parquet

Le Centre de crise du ministère de l’Intérieur reçoit chaque semaine un nouveau dossier de menaces prononcées envers un magistrat ou un inspecteur de police. En 2010, quelque 47 cas de menaces ont ainsi été enregistrés, soit un peu plus qu’en 2009. La plupart des personnes menacées bénéficient d’une protection.

« Nous constatons que le nombre de dossiers concernant des personnes qui ont été menacées a quelque peu augmenté l’an dernier par rapport à 2009 », indique Jaak Raes du Centre de crise du ministère belge de l’Intérieur. Plus précisément, il s’agit de représentants de la police fédérale, d’inspecteurs de police, de magistrats ou d’enquêteurs dans des dossiers de terrorisme qui sont victimes de menaces sérieuses émanant de représentants du milieu criminel.

« Ces dossiers sont analysés et nous enquêtons pour voir si les personnes qu’on a menacées doivent bénéficier de mesures particulières de protection. Ainsi, les victimes peuvent continuer à exercer leur fonction en toute indépendance, sans devoir sans vivre dans la crainte des menaces qui ont été proférées à leur encontre », précise Jaak Raes.

Le Centre de crise constate une augmentation du nombre de menaces et en parle comme d’un phénomène de société. « La tendance actuelle est à une augmentation de l’agressivité et de la violence, mais aussi à une perte progressive du respect envers l’appareil public ».