“Réduire de moitié notre présence en Afghanistan”

Le ministre de la Défense Pieter De Crem (CD&V, photo) a annoncé ce dimanche, aux chaînes de télévision privées RTL-TVi et VTM, vouloir proposer au gouvernement fédéral et à l’Otan une réduction de 626 à 300 militaires belges stationnés en Afghanistan, dès janvier 2012.

La réduction du contingent militaire belge en Afghanistan se ferait dans le prolongement de l’exemple donné par le président américain Barack Obama, qui a annoncé un début de retrait des troupes internationales en Afghanistan, dix ans après leur arrivée. Les USA rappelleront 33.000 soldats d’ici l’été 2012, soit un tiers des forces américaines stationnées dans le pays.

Actuellement, la présence militaire belge en Afghanistan comprend un maximum autorisé de 626 personnes, dans le cadre de la force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF) de l’Otan. Quelque 325 militaires sont stationnés sur l’aéroport international de Kaboul et y assurent la sécurité depuis 2003. Quelque 127 autres soldats sont installés à Kunduz (dans le nord), et 116 militaires à Kandahar (au sud) soutenus par six avions de combat F-16.

Quitter Kaboul, pas Kunduz ni Kandahar

Le ministre belge de la Défense démissionnaire veut proposer au gouvernement fédéral et à l’Otan de retirer la compagnie à 5 pelotons qui est responsable de la sécurité de l’aéroport de Kaboul. « Leur mission est terminée, elle a atteint son objectif », a indiqué Pieter De Crem. La mission de protection de l’aéroport de Kaboul serait alors confiée aux autorités afghanes ou à d’autres pays. « Ma proposition est de ramener notre présence à 300 militaires, dans le cadre de l’Afghanisation et de la transformation de notre présence ».

Le mandat des troupes belges en Afghanistan expire le 31 décembre prochain. De Crem a cependant annoncé ce dimanche qu’une évaluation de cet effort aurait lieu « entre juillet et septembre ».

Dans un communiqué, le cabinet du ministre indique qu’on « ne touchera pas aux missions liées à la formation de l’ANA, l’armée nationale afghane ». Celle-ci doit reprendre d’ici fin 2014 la responsabilité de la sécurité sur l’ensemble du territoire afghan, comme convenu lors du sommet de l’Otan en novembre dernier à Lisbonne.

Le contingent belge sera donc maintenu à Kunduz, où deux équipes de quelque 90 instructeurs encadrent un bataillon de l’armée afghane et un état-major de brigade. Une trentaine de Belges sont aussi intégrés au sein d’une Equipe provinciale de Reconstruction dirigée par l’Allemagne et le resteront après janvier 2012. De même, les six F-16 resteront déployés à Kandahar, la grande base aérienne de l’Otan, « pour assurer la sécurité de nos troupes et des alliés ».

Plus tôt cette semaine, le ministre belge des Affaires Etrangères, Steven Vanackere (CD&V), avait déjà affirmé que la Belgique pouvait réduire son contingent militaire en Afghanistan dès l’an prochain. Pieter De Crem avait cependant maintenu qu’il reviendrait au nouveau gouvernement fédéral de prendre une décision au sujet de la présence belge en Afghanistan. Il semble maintenant avoir modifié son opinion.