Manifestation à Kraainem pour les non-nommés

Quelques centaines de francophones ont manifesté ce dimanche matin à Kraainem (périphérie bruxelloise) contre le refus du ministre flamand des Affaires Intérieures, Geert Bourgeois (N-VA), de nommer quatre candidats bourgmestres dans trois communes de la périphérie flamande de Bruxelles qui bénéficient de facilités linguistiques pour les francophones (qui y forme une majorité des habitants). Une contre-manifestation était organisée par le Taal Aktie Komitee.

La semaine dernière, le ministre flamand des Affaires Intérieures, Geert Bourgeois (N-VA), décidait de ne pas nommer Véronique Caprasse (FDF), la nouvelle candidate-bourgmestre de la commune flamande à facilités linguistiques pour les francophones Kraainem. Bourgeois affirmait que Caprasse n’est pas prête à respecter les lois linguistiques qui sont d’application en Flandre.

Les partis politiques francophones se sont dits indignés par cette décision, estimant qu’il s’agit d’une « négation de la démocratie ». Un rassemblement était donc organisé ce dimanche matin au centre de Kraainem pour protester contre l’absence de nomination des candidats bourgmestres dans les communes à facilités de Kraainem, Linkebeek et Wezembeek-Oppem. Les bourgmestres Arnold d’Oreye, François van Hoobrouck et Damien Thiéry convoitent leur poste déjà depuis les élections communales d’octobre 2006.

Au sein du groupe francophone venu soutenir les bourgmestres, il y avait notamment de nombreux mandataires du FDF, tant de la périphérie que de Bruxelles, comme Olivier Maingain, Didier Gosuin, Antoinette Spaak et Partine Payfa. L’aile libérale du MR était représentée par les députés fédéraux Daniel Bacquelaine, Denis Ducarme, le sénateur Alain Courtois et le député-bourgmestre Philippe Pivin.

Les quelque 300 francophones qui prenaient part au rassemblement, qui se voulait pacifique, ont parfois eu des difficultés à franchir les cordons de 80 policiers chargés de filtrer les passages en raison de la présence de 80 contre-manifestants du Taal Aktie Komitee (TAK) et du Voorpost (photo dans le texte). Ces derniers estimaient que les francophones faisaient de la provocation sur le sol flamand.

Aucun incident majeur n’a été déploré. La députée-bourgmestre de la commune à facilités Rhode-Saint-Genèse, Myriam Delacroix (CDH), qui a elle été nommée par le ministre Bourgeois, a cependant été rudoyée par des membres du TAK alors qu’elle tentait de rejoindre la place devant la maison communale de Kraainem.