De jeunes médecins adeptes des cuites à répétition

Les médecins spécialistes âgés consomment beaucoup plus fréquemment de l'alcool que leurs collègues plus jeunes qui eux boivent ponctuellement, mais en grande quantité, selon les résultats d'une enquête dévoilés mardi au sujet des dépendances chez les médecins spécialistes et publiés dans le bimensuel "les Spécialistes".

Les plus jeunes d'entre eux boivent davantage à certaines occasions, avec six verres ou plus. Chez les anesthésistes et les spécialistes chirurgiens, cela est même une fâcheuse habitude.

Entre 14 et 18% des médecins spécialistes participant à l'enquête ont affirmé avoir une consommation d'alcool légère.
Ce sont surtout les gynécologues (15,6%) et les psychiatres et métiers médicaux apparentés (16,8%) qui boivent de manière régulière.

Pratiquement un médecin sur trois boit presque quotidiennement ou au moins quatre jours par semaine.
L'enquête montre que les habitudes de consommation des médecins belges ne sont pas fondamentalement différentes que celles de leurs collègues étrangers.

Il ressort également de l'enquête que plus d'un médecin sur trois a utilisé des médicaments dans l'année. Cette consommation était surtout liée à des raisons médicales, mais 5,3% des spécialistes ont eu recours une consommation médicamenteuse "non-médical".

C'est la première fois en Belgique qu'une telle enquête est réalisée.

L'enquête a été réalisée auprès de 1.501 médecins spécialistes, 699 francophones et 802 néerlandophones.

Le nombre de spécialistes ayant participé à l'enquête représente 5 à 6% du nombre de spécialistes actifs en Belgique.

Cela concerne 53,4% des hommes et 46,6% des femmes. Les femmes sont dès lors surreprésentées.