Des imams bruxellois veulent visiter Auschwitz

Le député socialiste flamand d'origine marocaine, Fouad Ahidar, a plaidé vendredi au parlement bruxellois pour l'organisation d'un déplacement des imams au camp d'extermination nazi d'Auszchwitz (Pologne). Il veut ainsi condamner toute forme de discrimination et entretenir chez les jeunes le devoir de mémoire.

Fouhad Ahidar a émis ce souhait en affirmant avoir lui-même pris conscience, lors de ses deux déplacements au camp d'extermination, qu'il était inopportun de comparer l’Holocauste des Juifs pendant la seconde Guerre mondiale et le conflit israélo-palestinien.

"Il y a une différence entre le conflit palestinien et l’antisémitisme, qui comme l’islamophobie doit être rejetée. Le conflit israélo-arabe ne peut pas conduire à l’antisémitisme", a-t-il ajouté.

"Ne jamais oublier"

Sa prise de position dans ce sens a été accueillie avec émotion par la députée Viviane Teitelbaum (MR) avec laquelle il s'est déjà livré à des échanges tendus au parlement régional à l'occasion de l'examen de propositions de résolutions touchant de près ou de loin au conflit israélo-palestinien.

Interrogé en marge de la séance parlementaire, Fouad Ahidar (photo) a précisé que 18 imams avaient accueilli favorablement sa proposition. Ceux-ci sont encore à la recherche de moyens pour financer ce voyage.

Mais l'élu bruxellois ne souhaite pas reprendre cette proposition à son compte et préférerait que le déplacement soit organisé par une instance politiquement neutre comme par exemple l’exécutif des musulmans de Belgique.

Dans le débat de vendredi sur la proposition de résolution déposée par Viviane Teitelbaum dans la foulée de la prise en considération de la proposition d'amnistie émanant du Vlaam Belang au Sénat, le député CD&V Walter Vandenbossche a souligné qu'il ne pouvait être question d'oublier.