26.000 plaques recalées par mois

Les centres de contrôle technique interviennent de plus en plus souvent pour des plaques d'immatriculation pas ou peu lisibles. Depuis l’an dernier les centres de contrôle technique sont de plus en plus sévères concernant la lisibilité des plaques.

Parfois il s’agit de négligence mais de plus en plus d’automobilistes rendent leurs plaques illisibles à dessin en espérant échapper ainsi aux contrôles de vitesse.

Certains n’hésitent pas à effacer en partie certaines lettres ou certains chiffres de la plaque pour ne pas pouvoir être identifié, d’autres négligent de nettoyer leur plaque.

Durant les deux premiers mois de l'année, 26.000 automobilistes ont été réprimandés chaque mois, écrivent Het Nieuwsblad et De Standaard lundi.
Selon le secrétaire d'Etat à la Mobilité Etienne Schouppe, il s'agit d'un record. L'an dernier, la moyenne tournait autour de 14.000 automobilistes par mois.

Les automobilistes dont la plaque est refusée doivent la remplacer eux-mêmes. S’il s’agit de la plaque avant, ils peuvent l’acheter dans le commerce. Mais s’il s’agit de la plaque officielle placée à l’arrière du véhicule, ils doivent faire une demande auprès de la DIV et ils recevront une nouvelle combinaison de chiffres.