L’UE d’accord sur l’étiquetage des aliments

Le Parlement européen a approuvé de nouvelles règles concernant l’étiquetage des produits alimentaires qui sont vendus dans l’Union. Ces aliments devront être munis d’une étiquette indiquant leur composition précise, leur pays d’origine et la présence d’agents allergènes. Le texte de l’étiquette devra être dans la langue de chaque pays où le produit est vendu.

Les nouvelles règles d’étiquetage des produits vendus dans l’Union européenne ont pour but premier de permettre au consommateur de vérifier la composition des aliments qu’il mange. Il s’agit donc de règles renforcées, comme l’expliquait la députée européenne Marianne Thyssen (CD&V) à la rédaction du journal radio de la VRT.

« Dorénavant, chaque produit devra être équipé d’une étiquette mentionnant la valeur nutritive de l’aliment. Les consommateurs sauront ainsi combien de graisses, de graisses saturées, de sucres et de sel ce produit contient. Mais ils sauront aussi si l’aliment contient des agents allergènes ».

Les réactions allergiques que peut entraîner la consommation d’un aliment, ainsi que les copies de produits devront également être clairement mentionnés. Autant d’informations qui sont très importantes notamment pour les diabétiques.

Sous l’œil attentif des lobbies de l’industrie agro-alimentaire, les Etats membres et les eurodéputés se sont mis d’accord sur des textes présentés déjà en 2008 par la Commission européenne. Le Parlement européen s’est notamment entendu sur un point délicat comme la mention du pays d’origine d’un produit. Déjà obligatoire pour le bœuf, le miel, l’huile d’olive et les fruits et légumes, cette origine devra dorénavant être mentionnée aussi pour le porc, l’agneau et la volaille.

Dans la langue maternelle

Les consommateurs de toute l’Union ne devront plus s’inquiéter de ne pas comprendre les textes imprimés sur les étiquettes. Il devront en effet être rédigés dans la langue de tous les pays où ils sont vendus. « Nous serons ainsi certains que l’information sera donnée en néerlandais pour la Flandre, et imprimées dans des caractères facilement lisibles ici », précise l’eurodéputée Marianne Thyssen.

Les nouvelles règles entreront en vigueur après une période de transition allant de 3 à 5 ans, selon les dispositions.