Sanction du rail néerlandais pour des machinistes belges

Deux amendes ont été imposées cette année à la Société des chemins de fer néerlandaise parce que des machinistes belges actifs sur la ligne Liège-Maastricht étaient incapables de parler le néerlandais. Les inspecteurs de la Régie des transports aux Pays-Bas y voyaient un danger pour la sécurité du rail.

L’information sur les deux amendes infligées cette année à la Société des chemins de fers néerlandaise (NS) pour des machinistes belges qui ne parlaient pas le néerlandais a été révélée ce mercredi à La Haye dans le cadre de la publication du rapport annuel de la Régie des transports (IVW) des Pays-Bas.

Selon l’IVW, le fait que des machinistes wallons actifs sur la ligne entre Liège (Belgique) et Maastricht (Pays-Bas) n’aient pas été capables de parler le néerlandais et donc d’interagir normalement avec la direction des services ferroviaires néerlandais rendait la situation dangereuse sur le rail.

Le montant de l’amende imposée à la NS correspond au prix que coûteraient les services d’un traducteur placé dans la cabine aux côtés du machiniste.

En 2006, les inspecteurs des transports néerlandais avaient déjà donné un avertissement à la Société de transport ferroviaire néerlandaise, pour la même raison. Celle-ci avait alors promis une amélioration de la situation. Des rapports publiés l’an dernier ont cependant fait encore état de problèmes de bilinguisme chez les cheminots wallons.