L’Agneau Mystique à l’infrarouge sur internet

L’Institut royal du patrimoine artistique a placé sur internet une collection de photos, prises sous lumière infrarouge, du célèbre polyptyque achevé en 1432 par les frères Hubert et Jan Van Eyck. Les images uniques, visibles sur internet, dévoilent de nouvelles informations sur les dessins sous-jacents et sur la technique picturale de ces primitifs flamands.

Les images uniques publiées sur le site internet http://vaneyck.kikirpa.be par l’Institut royal du patrimoine artistique constituent la première partie d’une étude réalisée en 2010. Elles permettent d’observer et d’étudier comme sous un microscope le chef-d’œuvre des frères Van Eyck de l’Adoration de l’Agneau Mystique, conservé en la cathédrale Saint-Bavon de Gand (Flandre orientale).

Cette étude a été menée à l’occasion d’un traitement de conservation d’urgence du retable, achevé en octobre 2010. Les travaux effectués l’an dernier ont ainsi permis d’étudier avec minutie les matériaux et les techniques utilisés par les frères Hubert et Jan Van Eyck pour la réalisation de leur chef-d’œuvre, et évaluer l’état de conservation du polyptyque.

Sur le site internet, on peut lire que « des méthodes de documentation scientifique telles que la macrophotographie haute résolution sous lumière visible et sous lumière infrarouge, la réflectographie infrarouge, la radiographie et la dendrochronologie ont dévoilé des informations nouvelles sur les dessins sous-jacents au retable », mais aussi sur la façon dont les frères Van Eyck construisaient les couches de peinture et d’autres aspects de leur technique picturale.

L’étude a été financée par la Fondation Getty. Les possibilités de consultation des images infrarouges via l’internet seront étendues en 2012.

Commandé par Joost Vijdt, marguillier de l’église Saint-Jean de Gand - devenue entremps la cathédrale Saint-Bavon -, le polyptyque fut commencé par Hubert Van Eyck, et terminé par son frère Jan après la mort du premier en 1426, et placé en mai 1432 sur l’autel de la chapelle du commanditaire dans l’église Saint-Jean.

En 1934, deux panneaux du retable furent volés par Arsène Goedertier, sacristain de l’église. Le panneau « Saint Jean Baptiste » fut restitué par le voleur, mais il mourut avant d’avoir pu révéler où se trouvait l’autre panneau, « Les Juges intègres ». Il n’a jamais été retrouvé. Une copie fidèle, réalisée par Jef Vanderveken d’après une copie de 1559 de la main de Michiel Coxcie, le remplace.