La Belgique reconnaîtra rapidement le Sud-Soudan

Bien qu’il soit actuellement encore en affaires courantes, le gouvernement belge reconnaîtra rapidement l’indépendance du nouvel Etat africain. Son ambassadeur à Addis Abeba, Günther Sleeuwagen, représentait la Belgique ce samedi à la proclamation d’indépendance à Juba.

Le ministère des Affaires Etrangères a indiqué ce vendredi que la Belgique n’avait pas l’intention de « se singulariser » et que, bien que son gouvernement fédéral soit encore en affaires courantes, elle reconnaîtrait rapidement l’indépendance du Sud-Soudan, devenu ce samedi le 54e état africain.

Chrétien et animiste, le Sud-Soudan a proclamé ce samedi son indépendance à Juba, sa capitale, au terme de 50 ans de conflit avec le Nord musulman. Certaines questions clés restent cependant encore en suspens, comme la délimitation des frontières, le partage des revenus du pétrole et le statut des citoyens du Sud qui habiteront au Nord. Le nouvel Etat devrait devenir rapidement le 193e pays membre de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Selon le ministère belge des Affaires Etrangères, le contexte international plaide pour une reconnaissance rapide du nouvel Etat. L’indépendance du Sud-Soudan résulte en effet d’un accord de paix avec le Nord et d’un référendum qui s’est déroulé en janvier 2011.

Mais un consensus existe aussi en Belgique puisque le Sénat a adopté jeudi dernier, à l’unanimité, une proposition de résolution du parti nationaliste flamand N-VA invitant le gouvernement à reconnaître rapidement le nouvel Etat africain. Le porte-parole du ministère contacté par l’agence de presse Belga n’a cependant pas évoqué de délai précis.

Le président du Sénat, Danny Pieters (N-VA), avait en outre été l’un des premiers responsables d’un Parlement à recevoir, un mois après le référendum, une délégation du Sud-Soudan.

Les 27 pays de l’Union européenne ont publié ce samedi une déclaration commune sur la reconnaissance du Sud-Soudan, annonçant leur soutien au nouvel Etat et saluant la décision du Soudan de le reconnaître. L'UE envisage un accord de partenariat avec la République du Sud-Soudan et encourage ses dirigeants à respecter le pluralisme et la diversité afin de créer une société démocratique et équitable fondée sur la loi et le respect des droits de l'homme, indique la déclaration commune.

Le président de l'Union européenne, le Belge Herman Van Rompuy (photo), a pour sa part personnellement "salué la naissance d'un nouveau pays en Afrique" et a "souhaité à sa population un avenir de prospérité et de paix", dans un message diffusé via Twitter.

A Juba, l’Union européenne était représentée ce samedi par sa Haute représentante pour les Affaires étrangères et la Sécurité, Catherine Ashton. La Belgique avait, elle, envoyé son ambassadeur à Addis Abeba, Günther Sleeuwagen, bien que le Sud-Soudan sera dans la juridiction de l’ambassade de Belgique en Ouganda.