La Belgique ressent l’impact de l’eurocrise

En raison de l’incertitude sur les marchés financiers, l’écart du taux entre les obligations à long terme de l’Etat belge et celles de l’Allemagne a atteint un nouveau record. A la Bourse, les actions bancaires ont reçu une nouvelle gifle.

La Belgique souffre de la nervosité des investisseurs. Ainsi le « spread », c’est-à-dire l’écart du taux entre les obligations à long terme de l’Etat belge et celles de l’Allemagne, a atteint un nouveau record, à 1,45%. Le taux de l’obligation belge à 10 ans se situait ce lundi midi à 4,136%, contre 2,7% pour l’Allemand (référence pour la zone euro).

La situation de la dette de l’Italie crée de l’inquiétude sur les marchés financiers. Le taux des obligations à long terme en Italie est entretemps monté jusqu’à 5,39%, ce qui est le niveau le plus élevé en 9 ans.

Les bourses sentent également la tension qui plane dans l’air, surtout du côté des valeurs financières. A la Bourse de Bruxelles, ce sont les actions d’Ageas (-5,7%), de Dexia (-4,3%) et de la KBC (-3%) qui ont enregistré une baisse importante. Ces pourcentages datent de 14h30 environ.