Di Rupo refuse de réécrire complètement sa note

Le formateur démissionnaire Elio Di Rupo serait prêt à raboter sa note, mais seulement autour de la table des négociations. La réécrire à l’avance, comme l’ont demandé le CD&V et la N-VA, ne serait pas une option.

Il semble que le "non" catégorique de la N-VA à la note Di Rupo se soit quelque peu adouci, ces derniers jours.

"Si la note contenait davantage de réformes et moins d’impôts, nous pourrions tout à fait en discuter" a déclaré Bart De Wever.

Du côté du CD&V, on estime également pouvoir participer aux négociations du moins "si Elio Di Rupo réécrivait sa note", c’est ce qu’a déclaré le ministre-président flamand Kris Peeters lors de la fête de la Communauté flamande le 11 juillet à Courtrai.

Rencontre Di Rupo- Beke ce mardi à 15h

Selon le quotidien flamand Het Laatste Nieuws, après la célébration du 11 juillet à Bruxelles, le président du PS aurait eu des contacts informels avec plusieurs présidents de parti pour chercher une solution à l’impasse.
Di Rupo prévoit encore quelques jours de discussions, selon le journal, mais il ne pense pas réécrire sa note.

Lors de la présentation de son texte, Elio Di Rupo a précisé que s’il devait le changer, ce serait un manque de respect envers les partis qui ont dit "oui", selon l'argument du quotidien De Morgen.

Vendredi passé, le formateur a présenté sa démission.

Le Roi tient cette démission en suspens et souhaite que chaque responsable politique mesure les conséquences de la situation politique et chercher des pistes de solution.

Le formateur démissionnaire rencontrera le président du CD&V Wouter Beke ce mardi à 15 heures.