Vanendert s'impose au Plateau de Beille

Jelle Vanendert (26 ans) a remporté la plus grosse étape pyrénéenne au sommet du Plateau de Beille, où le Français Thomas Voeckler conserve le maillot jaune. Vanendert, qui est âgé de 26 ans, dispute la Grande Boucle pour la première fois.

Vanendert a précédé d'une vingtaine de secondes l'Espagnol Samuel Sanchez qui l'avait devancé jeudi à l'arrivée à Luz-Ardiden.
Le Luxembourgeois Andy Schleck a pris la troisième place, à 46 secondes du vainqueur.

Il a légèrement distancé le groupe de favoris à qui il n'a pris toutefois que 2 secondes.

L'Australien Cadel Evans a franchi la ligne en quatrième position en tête de ce groupe qui comprenait aussi l'Espagnol Alberto Contador (6e), le Luxembourgeois Frank Schleck (8e) et l'Italien Ivan Basso. Voeckler, qui a réagi à tous les démarrages, s'est classé septième de l'étape, au terme des 168,5 kilomètres d'un parcours comportant six ascensions sous le soleil de l'Ariège.

Dans la montée de Beille, Andy Schleck a accéléré à quatre reprises sans décrocher ses compagnons. Contador, qui a suivi à chaque fois, n'a jamais essayé de passer à l'offensive.

Vanendert a démarré à 7 km du sommet. "J'étais le seul dans le groupe qui n'avait rien à perdre, parce que je ne suis pas bien placé au classement général" a-t-il confié. Vanendert a  profité des rivalités entre les favoris pour s'imposer.

Vanendert a profité de son succès au Plateau de Beille - sa première victoire d'étape sur son premier Tour de France - pour endosser le maillot à pois du meilleur grimpeur.

" Je comprendrai plus tard ce que j'ai réalisé"

"Ce n'est que lorsque tout à l'heure je verrai mes équipiers et mes directeurs sportifs que je comprendrai vraiment ce que j'ai réalisé", ont été les premiers mots prononcés par Jelle Vanendert après sa victoire dans la 14e étape du Tour de France au sommet du Plateau de Beille samedi. "D'un autre côté, je dois admettre que je m'en rend un peu compte."
"Rester accroché aussi longtemps que possible pour prendre des points pour le maillot à pois était mon premier objectif. Dès que j'ai vu que nous étions restés à douze, j'ai commencé à y penser. Les Schleck ont essayé plusieurs fois et Contador tout comme Evans ont toujours aussitôt réagi, mais pour le reste je voyais que personne n'essayait vraiment. De plus, les autres hommes du groupe roulent pour le classement. Ils pouvaient me laisser partir. En pensant qu'il valait mieux avoir 20 secondes d'avance, que j'aurais pu perdre si les ténors commençaient à lutter, je suis passé à l'offensive. J'ai pu prendre une demi-minute d'avance et je sentais que je n'allais pas coincer. J'étais un peu lourd quand Samuel Sanchez revenait derrière moi, mais il n'est jamais devenu une vraie menace."
"Je vais évaluer ce soir si je peux viser le maillot à pois. Deux points d'avance sur Sanchez, ce n'est pas beaucoup. Mais maintenant que je suis le leader, nous devons évidemment voir comment aborder la dernière semaine. Le problème c'est que c'est toujours à l'arrivée que les plus gros points sont distribués."