"Le formateur se bat comme un lion"

Les sept partis qui se sont mis d'accord pour entrer en négociation sur base de la note d'Elio Di Rupo et le CD&V se retrouveront demain mercredi autour du formateur pour continuer la discussion entamée ce mardi. La réunion devrait commencer à 10 heures.

Les sept partis qui se sont mis d'accord pour entrer en négociation sur base de la note d'Elio Di Rupo et le CD&V se retrouveront demain mercredi autour du formateur pour continuer la discussion entamée ce mardi. La réunion devrait commencer à 10 heures.

La discussion n'a jusqu'à présent pas vraiment porté sur le fond mais plutôt sur la méthodologie, a-t-on appris de bonne source. Elle devrait se poursuivre sur le même thème mercredi. Il s'agira, selon un communiqué de M. Di Rupo de "poursuivre le travail d'analyse en cours".

La vice-première ministre PS Laurette Onkelinx (photo) a fait quelques commentaires. "Le formateur se bat comme un lion pour trouver une solution", a-t-elle notamment lancé lors de son arrivée à la Chambre.

Au cours de la réunion de ce mardi, le formateur a explicité le contenu des propositions complémentaires qu'il a déposées pour répondre aux exigences du CD&V. Celui-ci a en effet demandé que le formateur intègre dans sa note les 9 propositions de loi que son président Wouter Beke avait présentées à l'issue de sa mission de négociation.
Le formateur a donc traduit en propositions le chapitre BHV de sa propre note. La note reste cependant inchangée et maintient en son sein certains points qui diffèrent des propositions de M. Beke.

Le président du CD&V pourrait donc s'y retrouver puisque dans les grandes lignes de la note du formateur étaient similaires à celles de M. Beke et les francophones s'y retrouveraient également puisque le formateur n'a pas retiré certains aspects qui leur sont favorables, a-t-on appris.

Le CD&V reste sur sa position

Au CD&V on commentait mardi que le parti "reste sur sa position". On peut en conclure que le fait que le formateur maintienne dans sa note les quatre points jugés inacceptables par les démocrates chrétiens pose donc toujours problème. Il s'agit de la circonscription fédérale, les listes bilingues à Bruxelles, l'assouplissement de la législation linguistique à Bruxelles et la ratification de la convention-cadre du Conseil de l'Europe sur la protection des minorités.

Lors de la discussion, les participants ont aussi abordé d'autres aspects de ce qui devrait faire l'objet des prochaines négociations comme les efforts respectifs des entités I et II en matière budgétaire, la loi de financement et l'autonomie fiscale...

Faire un pas l’un vers l’autre

Tous ces sujets n'auraient toutefois pas été abordés quant au fond. La discussion a essentiellement porté sur la méthodologie et sur les modalités et les thèmes sur lesquels les amendements seront possibles.

Les plus consultés