La drache nationale n'a pas épargné le défilé

Le traditionnel défilé militaire du 21 juillet s'est ébranlé jeudi après-midi de la Place de Palais. Alors que le temps semblait devoir rester sec, la traditionnelle drache nationale s'est abattue sans crier gare rue de la Loi alors que le roi Albert II passait les troupes en revue.

La famille royale au grand complet -à l'exception du prince Laurent, indésirable depuis son périple controversé au Congo- était au rendez-vous.

Beaucoup d'hommes et de femmes politiques étaient là également, notamment le ministre de la Défense, Pieter De Crem (CD&V) et la ministre de l'Intérieur, Annemie Turtelboom (Open Vld). Le président du Sénat, Danny Pieters, était le seul représentant de la N-VA dans la tribune. Côté francophone, on reconnaissait Laurette Onkelinx, Joëlle Milquet, Didier Reynders et Paul Magnette.

Les grands thèmes du défilé étaient cette année le caractère opérationnel de l'armée, les opérations menées à l'étranger (Afghanistan, Liban et Libye) et la coopération dans le cadre du Benelux. L'un des moments les plus spectaculaires fut la partie aérienne du défilé avec une colonne d'appareils ayant d'abord rallié la Flandre occidentale puis revenant vers Bruxelles via la E40.

Au total, ce sont plus de 1.400 militaires, 88 véhicules terrestres, 30 avions et 9 hélicoptères qui ont pris part au défilé. Après l'armée, la police, les pompiers, la protection civile et la Croix Rouge ont également défilé.