Les francophones prêts avec leurs amendements

Il a bien été convenu d’une méthode de travail entre les huit partis qui souhaitent former un gouvernement, mais la confiance entre les partenaires est encore au plus bas. Flamands et francophones ne sont toujours pas sur la même longueur d’onde.

Les Flamands se réjouissent que le volet communautaire soit traité en priorité. Mais côté francophone, la satisfaction est moindre. Hier soir, on entendait déjà dire que les partis francophones déposeraient des points supplémentaires sur la table.

Le président du MR Charles Michel a confirmé que son parti le ferait certainement, mais il est resté vague sur la question. « Négocier, cela signifie amender, je confirme que tous les partis, le MR inclus, défendront des amendements concernant la réforme de l’Etat », a-t-il déclaré.

Les francophones ne semblent donc pas se résigner aussi facilement aux garanties communautaires que le CD&V a demandées. Mais Wouter Beke ne se fait pas trop de soucis. « Je ne peux naturellement pas empêcher que les partis déposent des choses supplémentaires à la table, mais il a aussi été dit hier soir par le formateur qu’il prenait l’engagement que ces choses disparaîtront dans des commissions et qu’elles reviendront quand il y aura un accord dans les commission respectives. S’il rompt son engagement, il rompt aussi ses propres négociations, naturellement ».