Marques de soutien à la Norvège en deuil

Un registre de condoléances est ouvert dès ce lundi et jusqu’à mercredi à l’ambassade de la Norvège à Bruxelles, alors que les jeunes socialistes flamands d’Animo ont organisé dimanche soir à Anvers une veillée (photo principale) à la mémoire des victimes de l’attentat d’Oslo et de la fusillade de l’île d’Utoya. En d’autres lieux de Belgique des témoignages de soutien avec les victimes norvégiennes sont également organisés.

L’ambassade de la Norvège à Bruxelles ouvre ce lundi un registre de condoléances aux familles des victimes de l’attentat perpétré vendredi dans le centre d’Oslo et de la fusillade sur des enfants participant à un camp de vacances sur l’île d’Utoya, au large d’Oslo, vendredi également. Ces deux actes terroristes ont été revendiqués par Anders Breivik (photo), un Norvégien de 32 ans aux convictions islamophobes et antimarxistes.

Le registre peut être signé ce lundi entre 14 et 16 heures, ainsi que mardi et mercredi de cette semaine, entre 10 et 12h et 14 et 16h à l’ambassade située Rue Archimède à Bruxelles. Des couronnes de fleurs ont déjà été déposées ce week-end devant l’ambassade à la mémoire des 93 victimes du double attentat.

A l’église norvégienne d’Anvers, un registre de condoléances est ouvert depuis samedi. Des dizaines de Norvégiens et de Belges y ont déjà écrit leur témoignage de soutien.

Veillée anversoise et silence gantois

Ce dimanche soir, des membres d’Animo - les jeunes du parti socialiste flamand SP.A - ont organisé une veillée à la gare centrale d’Anvers (photo), juste avant leur départ pour un camp d’été international en Autriche. Ils voulaient ainsi exprimer leur soutien aux jeunes victimes de la fusillade sur l’île d’Utoya.

Les victimes y sont en effet essentiellement des enfants et jeunes qui participaient à un camp de vacances socialiste. Les membres d’Animo ont exprimé leur soutien au Arbeidernes Ungdomsfylking (AUF), le mouvement des jeunes socio-démocrates norvégiens. « Notre camp débute en mineur », déclarait Maite Morren d’Animo. « Il est important de réfléchir aux événements. Pendant notre camp, nous accorderons beaucoup d’attention à ce qui s’est passé, car les jeunes socialistes norvégiens sont toujours bien représentés à ces rencontres internationales. Le fait qu’ils ne viendront pas cette fois endeuille l’atmosphère ».

Samedi soir, les organisateurs des Fêtes de Gand proposaient une minute de silence à la mémoire des victimes des attentats d’Oslo. La Gantoise, le club de football qui évolue en première division, a également demandé une minute de silence avant le coup d’envoi du match de préparation qui l’opposait à l’équipe espagnole de Getafe.

« Nous avons un entraîneur norvégien (Trond Sollied, ndlr.). La famille de La Gantoise est au courant de ce qui s’est passé en Norvège. L’expérience nous apprend qu’il vaut mieux demander des applaudissements. Nous vous demandons donc de vous lever symboliquement et d’applaudir pendant une minute », demandait un responsable du stade gantois.