"L’aide à la Grèce nous coûte 2,8 milliards"

Le Premier ministre démissionnaire Yves Leterme (CD&V, photo) a indiqué ce mardi au Parlement fédéral que le plan d’aide européen octroyé jeudi dernier à la Grèce aura un impact de 2,8 milliards d’euros maximum sur la dette de la Belgique, soit 0,7% du produit intérieur brut du pays.

Cette somme ne sera néanmoins pas prêtée directement à la Grèce. Elle représente plutôt la part belge de la garantie apportée par les Etats membres de l’Union à la Facilité européenne de stabilité financière (EFSF) qui empruntera, elle, les fonds nécessaires sur les marchés financiers pour aider la Grèce.

« Cela aura un impact de 2,8 milliards d’euros maximum, soit une augmentation de 0,7% de la position de la dette belge », a expliqué Yves Leterme entendu ce mardi par la commission mixte du Parlement sur les questions européennes.

Pour rappel, les 17 pays de la zone euro ont alloué jeudi dernier un second plan d’aide de 158 milliards d’euros jusqu’en 2014 à la Grèce, qui est confrontée à une grosse crise de sa dette souveraine.

Un tiers de cette aide sera apportée par le EFSF, un instrument créé en 2010 au moment du début de la crise souveraine. Cet instrument emprunte, avec la garantie des pays européens, des fonds sur les marchés pour aider les Etats membres en difficultés. La quotité de la Belgique dans ce fonds est de 3,7%, a également précisé le Premier ministre démissionnaire.