Des chirurgiens plastiques avares d’infos

Les femmes qui demandent une correction mammaire ne sont bien souvent pas bien informées par leur chirurgien plastique, selon une enquête de l’organisation de défense des consommateurs belges Test-Achat. Près de la moitié des chirurgiens auprès desquels Test-Achat a enquêté enregistre de mauvais résultats.

« Il résulte de notre enquête qu’une petite moitié des médecins auprès desquels nous avons enquêté, à savoir 19 chirurgiens, ont obtenu une appréciation négative à au moins la moitié des critères que nous avons établis », explique Ivo Mechels de Test-Achat.

« Par exemple, une partie de ces médecins ne s’inquiète absolument pas d’une éventuelle prise de médicaments et ne pose pas de questions quant aux maladies et aux troubles des patientes, alors qu’un médecin doit quand même pouvoir évaluer les risques spécifiques. Certains chirurgiens ne donnent pas d’information sur les risques et les complications, alors que toute une série de complications est liée à ce type d’intervention », poursuit Ivo Mechels.

Test-Achat soutient que les praticiens et les cliniques privées, tout comme les hôpitaux publics, doivent se soumettre à des normes minimales pour assurer la qualité et la sécurité en cas de correction mammaire.