Un maximum de plaintes pour cause de routes dégradées

Les autorités flamandes ont déjà reçu 1.250 réclamations durant la première moitié de cette année pour des dégâts provoqués à des véhicules en raison du mauvais entretien du recouvrement des routes, indique ’De Gazet van Antwerpen’. C’est un quart de plaintes supplémentaires par rapport à 2010. Dans la moitié des cas, il y a indemnisation.

On sait depuis bien longtemps que les routes flamandes sont en mauvais état. D’une part, on note une négligence au niveau de l’entretien des routes, et d’autre part, on constate que les rigueurs de l’hiver ont causé des dégâts supplémentaires aux routes et aux voitures, fait savoir l’Agence flamande des Routes et de la Circulation (AWV) . « Il s’agit par exemple de pneus crevés, de pneus éclatés et de pierrailles qui abîment l’avant de la voiture », explique Ilse Luypaerts de l’Agence flamande des Routes et de la Circulation de l'AWV.

Cela vaut la peine d’introduire une plainte puisque dans la moitié des dossiers une indemnisation a été accordée pour les dégâts causés. Etant donné que cette année un nombre record de plaintes ont été introduites, on estime déjà à 350.000 euros le montant que devra débourser la Région flamande. L’an dernier, le montant déboursé pour les indemnisations routières avait atteint les 270.000 euros.

Dans la seconde moitié des cas, l’Agence conteste que les dégâts soient bien la conséquence d’un mauvais recouvrement des routes. Mais introduire une plainte n’est pas si simple. Il est nécessaire au préalable de faire établir une procès-verbal par la police, dans lequel il est stipulé que les dommages causés sont la cause d’une infrastructure défaillante.