Commerçants et policiers vont collaborer à Anvers

La police locale et les commerçants du quartier Seefhoek qui se trouve dans la partie nord d’Anvers, où une bagarre générale avait éclaté mercredi soir entre commerçants et trafiquants de drogue, vont unir leur force et collaborer via des réseaux d’information locaux (Buurt Informatie Netwerken). La décision a été prise lors d’une réunion de concertation entre les différentes parties jeudi soir.

Le projet des commerçants de passer à l’action et d'organiser des groupes de vigilance est donc provisoirement abandonné. Lors de la réunion de jeudi soir, les commerçants ont fourni à la police des informations supplémentaires sur la spécificité du trafic de la drogue dans leur quartier et ce afin de rendre l’action de la police plus efficace.

Selon les commerçants, il y a ces derniers mois des gangs venant de l’étranger de plus en oplus actifs dans le quartier qui revendent de la drogue à des prix cassés. Cela explique l’augmentation u nombre de conflits entre ces trafiquants de drogue explique le bourgmestre d’Anvers faisant fonction Guy Lauwers.

Nous avons assurés aux commerçants que des policiers supplémentaires seront présents sur le terrain.
La création de réseaux d’information locaux devrait aussi permettre aux commerçants de pouvoir rapidement et anonymement avertir la police en cas de nouveaux incidents, et ce sans mettre leur proche en danger, ce qui ne serait pas le cas s’ils se faisaient justice eux-mêmes. L’intervention, c’est le rôle de la police, les policiers sont payés pour prendre des risques » a ajouté Lauwers.