Anvers: l'auteur de la fusillade sous mandat d'arrêt

L'homme de 42 ans, suspecté d'avoir menacé plusieurs personnes d'une arme à feu et d'avoir ouvert le feu sur la police vendredi soir, a des antécédents psychiatriques et judiciaires. Il est notamment connu pour plusieurs vols à l'étalage. L'homme, lui-même blessé dans l'échange de tirs avec la police, se trouve à l'hôpital et n'a pas encore pu être entendu.

Un policier a été éraflé par une balle, a indiqué samedi le parquet d'Anvers. Des coups de feu auraient été tirés à proximité de l'hôpital Saint-Vincent, notamment. Personne n'aurait toutefois été blessé à cet endroit. Le suspect avait au moins trois armes sur lui.

Un témoin raconte la scène:

"J’ai aperçu un homme qui se trouvait devant ma fenêtre, il portait une mitraillette en main, il l’a ensuite déposée sur un pot de fleur et s’est saisi d’un pistolet. Il s’est rendu compte que je le regardais, il s’est retourné, s’est dirigé dans ma direction et m’a lancé "dégage de là !".

La police a été avertie vers 21h20 de la présence d'un homme tirant des coups de feu dans la Sint-Vincentiusstraat. Par la suite elle a été informée qu'un homme aurait tiré sur un cycliste et menacé un automobiliste un peu plus loin. 

La police est arrivée en nombre et a encerclé l’homme à un carrefour. Une femme qui rentrait chez elle s’est crue plongée dans un film.

"Il y avait deux agents de l’autre côté de la rue qui criaient : "Déposez les armes ! Mains en l’air !"  L’homme était habillé en noir, j’ai vu qu’il portait un revolver".

D’après les témoins, cinq coups de feu ont été tirés.

Le parquet a confirmé qu’un agent avait été légèrement blessé à la jambe et que ses collègues ont alors tiré sur le forcené qui a aussi reçu une balle dans la jambe. Le suspect était en possession de trois armes. Son identité et ses motifs ne sont pas encore connus.