Les huit partis négocient le dossier BHV

Après avoir rencontré ces derniers jours, en tête-à-tête, les présidents des 8 partis associés aux négociations sur une réforme d’Etat et la formation d’une nouvelle coalition fédérale, le formateur Elio Di Rupo les a réunis autour d’une table ce vendredi soir (photo principale). La première vraie réunion de négociations depuis près d’un an, alors que les élections législatives remontent à plus de 14 mois. Elle a permis de s'accorder sur une méthode de travail et un agenda pour les premiers thèmes de discussion. Les négociateurs se retrouvaient dès ce samedi, pour discuter du dossier BHV.

La première réunion plénière, après trois semaines de repos, des huit partis politiques (Open VLD, MR, SP.A, PS, Ecolo, Groen !, CDH et CD&V) qui ont accepté le 21 juillet dernier d’entreprendre des négociations sur base de la note du formateur Di Rupo (photo) amendée, en vue d’une réforme d’Etat et de la formation d’un nouveau gouvernement fédéral, avait lieu ce vendredi en fin d'après-midi.

Les négociateurs se sont mis d'accord sur une méthode de travail, ainsi que sur un agenda précis pour les premiers thèmes de discussions.

"Conformément à l'accord intervenu dans la nuit du 21 au 22 juillet dernier, les discussions commenceront sur les propositions de loi déposées sur la scission de l'arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde (BHV), complétées par les avis juridiques de la Chambre. En parallèle, les négociations porteront sur la loi spéciale de financement et l'autonomie fiscale ainsi que sur les transferts de compétences envisagés dans le cadre de la réforme de l'Etat", précisait ensuite un communiqué du formateur.

Les négociations devraient se dérouler 6 jours sur sept, dans les bureaux de la Présidence de la Chambre. Elles débutaient donc réellement ce samedi après-midi (photo) et portent d'abord sur le dossier BHV. Chaque parti négociateur présentera d'abord sa proposition pour la scission de l'arrondissement électoral.

L'objectif des négociateurs serait d'arriver à un accord pour le 11 octobre prochain, juste avant la rentrée parlementaire.

Fin des entretiens bilatéraux

Depuis mardi, le président des socialistes francophones et formateur avait rencontré un à un les présidents des partis concernés par les négociations. Ce vendredi matin, il s’entretenait ainsi avec le président du CD&V, Wouter Beke.

A son arrivée à la présidence de la Chambre, où l’attendait le formateur, Beke (photo) a rappelé que des accords clairs avaient été conclus dans la nuit du 21 au 22 juillet. Ils prévoient de commencer les négociations par le dossier de la scission de l’arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde, sur base des propositions qui ont été déposées et sur lesquelles le service juridique de la Chambre a rendu un avis.

Le président des démocrates-chrétiens flamands a aussi appelé les négociateurs à la discrétion. Il souhaite que les négociations puissent avancer rapidement.

Vers 15h00, le formateur recevait le président des écologistes flamands, Wouter Van Besien (Groen !), terminant ainsi son tour d’entretiens bilatéraux. En arrivant à la présidence de la Chambre, Van Besien (photo) a affirmé que Groen ! était, tout comme son homologue francophone Ecolo, candidat à faire partie du prochain gouvernement fédéral. Et d’insister qu’Ecolo et Groen ! iront ensemble, ou n’iront pas dans le prochain gouvernement.

Van Besien a par contre souligné que la question de la participation au gouvernement n’était pas liée à celle de la participation de Groen ! aux négociations sur Bruxelles-Hal-Vilvorde et sur la réforme d’Etat.

Divers partis ont déjà fait savoir qu’ils déposeraient des amendements aux propositions faites par Elio Di Rupo dans sa note de négociation.