"Des risques de violents orages"

Averses orageuses, risque de grêle et rafales de vent sont annoncés pour ce dimanche après-midi sur une partie de la Belgique. Par endroits, les intempéries pourraient être particulièrement violentes, prévient Frank Deboosere, le Monsieur Météo de la VRT. Les organisateurs du festival musical Maanrock de Malines ont pris des mesures de sécurité renforcées.

Après le drame du festival musical limbourgeois de Pukkelpop, dont le terrain et les installations ont été ravagés jeudi soir par de brèves mais violentes intempéries, faisant 5 morts et une centaine de blessés, l’annonce de conditions météorologiques pour ce dimanche assez semblables à celles de jeudi inquiète.

A nouveau, de violents orages sont en effet annoncés « avec des averses orageuses, de la grêle, des rafales de vent, de la foudre et des risques d’inondations par endroits », prévient Frank Deboosere (photo), le spécialiste météo de la radio-télévision publique flamande (VRT).

Les intempéries devraient avant tout toucher le centre et l’est de la Belgique, alors que la Flandre orientale et occidentale pourrait être épargnée. « Dans le centre et à l’est, les températures grimperont jusqu’à 29 degrés et l’air sera très humide, ce qui augmente les risques d’orages violents. Soyez donc prudents », conseille Frank Deboosere.

Les organisateurs du festival musical Maanrock (photo), à Malines (province anversoise), attendent tendus le passage des intempéries. Le drame du Pukkelpop ne remonte en effet qu’à trois jours. L’évolution de la météo sera en tous cas suivie de très près.

Sous le podium, quelqu’un se chargera de contrôler en permanence la vitesse du vent. Le public sera informé via des écrans. Exceptionnellement, un collaborateur de Stageco, l’entreprise qui a installé le podium, sera présent sur le lieu du festival. « Ce dernier pourra décider, en cas de rafales de vent, de retirer certaines bâches ou éventuellement d’abaisser certaines barres qui tiennent les installations de lumière et du son, pour en répartir le poids différemment », expliquent les organisateurs.

Appel au Fonds des calamités

Entretemps, la ville de Hasselt (Limbourg) a décidé d’introduire lundi une demande de reconnaissance au Fonds des calamités. « Beaucoup d’habitants de Hasselt ont été touchés par les intempéries de jeudi », précise la bourgmestre Hilde Claes (SP.A), encore très touchée par le drame qui s’est produit au Pukkelpop, à Kiewit près de Hasselt.

Les habitants hasseltois concernés pourront signaler auprès des services communaux les dégâts causés jeudi soir à leurs habitations, jardin ou voiture. Les services transmettront les dossiers à la province du Limbourg. Les personnes lésées doivent néanmoins contacter d’abord leur assureur car l’assurance incendie couvre les dégâts dans beaucoup de cas.

Le ministère de l’Intérieur a indiqué qu’un examen était en cours pour déterminer si les intempéries de jeudi pouvaient être qualifiées de catastrophe. Dans l’affirmative, le Fonds des calamités interviendra, ce qui pourrait notamment soulager financièrement le festival Pukkelpop (photo) lourdement touché.