"Soutenir la Libye économiquement et politiquement"

Le régime du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi est en passe de tomber non seulement du fait de l'action des rebelles, mais aussi grâce à une insurrection dans la capitale, Tripoli, a affirmé lundi le ministre démissionnaire des Affaires étrangères, Steven Vanackere (CD&V).

Ce qui se déroule est conforme aux prévisions du Conseil national de Transition (CNT, l'organe politique de la rébellion), a ajouté le chef de la diplomatie belge lors de l'émission De Ochtend.

Si la menace militaire posée pour la population libyenne par le régime est définitivement écartée, il faut examiner comment soutenir politiquement et économiquement les forces démocratiques, a-t-il encore souligné.

A court terme, les rebelles ont désormais l'obligation d'éviter tout nouveau bain de sang, a-t-il poursuivi. A plus long terme, il a mis en garde contre l'émergence de nouveaux conflits après la libération, dans un pays qui n'a plus connu la démocratie depuis plus de 40 ans

Si Kadhafi est définitivement écarté du pouvoir, "les Nations Unies devront étudier s'il faut encore jouer un rôle militaire". Steven Vanackere s'est dit, à titre personnel, partisan de l'octroi d'un soutien politique et économique à la Libye afin d'éviter "que le populisme détourne la révolution" de ses objectifs.

« Quand la population se rend compte que les changements ne peuvent pas se faire en un tour de main, le mécontentement peut se faire entendre », explique-t-il. « C'est précisément pour cela que l'Union européenne est étroitement impliquée pour la Libye».

Le dénouement est proche

Des violents combats ont fait rage ce lundi matin autour de Bab Al-Aziziya, une forteresse de plusieurs hectares qui était la cible de plusieurs raids de l'Otan depuis le début de ses opérations en Libye, en mars. Quasiment tous les bâtiments ont été rasés par les bombardements de l'Alliance atlantique.

Le colonel Mouammar Kadhafi serait encore dans sa résidence de Bab Al-Aziziya à Tripoli, selon un diplomate dans la capitale libyenne, qui l'a rencontré au cours des deux dernières semaines. résidence de Bab Al-Aziziya", a affirmé ce diplomate sous couvert de l'anonymat. Kadhafi disposerait de plusieurs bunkers dans sa résidence.