Des suppléments de prix à n'en plus finir

Test-Achats va introduire une plainte contre Brussels Airlines et Ryanair en raison de certains suppléments de prix appliqués par ces compagnies aériennes, a annoncé lundi l'association de défense des intérêts des consommateurs.

La plainte de Test-Achats va être introduite auprès du service de Contrôle et Médiation du SPF Économie contre Ryanair, qualifiée de "champion des suppléments", et contre Brussels Airlines pour le "credit card fee", un supplément demandé par la compagnie aérienne pour l'utilisation d'une carte de crédit comme moyen de paiement.

Auparavant, Test-Achats avait lancé un appel aux consommateurs, en mai et en juin, pour pointer les problèmes rencontrés en matière de suppléments dans l'aviation.

La majeure partie des plaintes reçues (57%) étaient liées aux suppléments carburant dans des voyages organisés tandis qu'environ 16% des plaintes concernaient des compagnies à bas prix. "Il s'agissait surtout de suppléments non optionnels portant généralement des dénominations anglaises telles que: transaction fee, credit card fee, check-in fee, speedy boarding fee, boarding card fee, cancellation fee ...", précise Test-Achats.

Enfin, 12% des plaintes concernaient les compagnies aériennes classiques, les consommateurs se plaignant surtout du "credit card fee", des suppléments pour la réservation d'un siège et des suppléments carburant. "La plupart des consommateurs ont trouvé très curieux que des credit card fees pour un paiement à l'aide d'une carte de crédit soient souvent calculés par personne et même par trajet, et pas par transaction", illustre Test-Achats.

L'association demande également aux services du SPF Economie d'enquêter pour déterminer si les tour-opérateurs Jetair et Thomas Cook respectent bien la loi.

Ryanair réagit...

"Ryanair est le champion des consommateurs, avec des bas tarifs toujours disponibles pour les voyageurs qui ne paient que pour les services dont ils ont besoin", a réagi la compagnie aérienne irlandaise.

Les organisations de consommateurs devraient plutôt se focaliser sur les compagnies, "avec des tarifs élevés et des surcharges carburants" et qui répercutent des coûts évitables, comme par exemple du "café horrible", et ce, même si le passager n'en veut pas, suggère Ryanair.

... et Brussels Airlines aussi

Le "credit card fee", un supplément de 7,50 euros pour l'utilisation d'une carte de crédit comme moyen de paiement, correspond au coût que la compagnie doit elle-même payer pour la transaction effectuée par le biais d'une carte de crédit. Dès lors, la compagnie répercute ce coût sur le client, explique Brussels Airlines.

"Ce supplément peut parfaitement être évité en payant avec une carte bancaire ordinaire", réplique le porte-parole de la compagnie aérienne.