"Evacuer les carcasses avec les victimes"

Selon Touring, la proposition est réalisable avec des personnes décédées ou des blessés légers coincés dans leur véhicule. "Autrement, l'on perd à chaque fois énormément de temps et les routes sont fermées des heures durant", estime le porte-parole de Touring.

Selon Touring, les 32 millions d'heures d'embouteillages annuels provoquent une perte de 610 millions d'euros. Un quart de ces files est causé par des accidents.

"On le fait déjà en Allemagne, pourquoi pas chez nous ?" Demande Danny Smagghe, porte-parole de Touring.

Nous perdons chaque fois énormément de temps. La police doit d’abord se rendre sur place, ensuite les services de secours, enfin un expert du parquet lorsqu’il y a des personnes décédées, et ce n’est qu’après cela que les véhicules peuvent être évacués. Parfois la circulation est bloquée durant des heures.

Touring précise que, dans l'ensemble des mesures proposées pour limiter les files causées par un incident, évacuer les voitures avec les victimes dedans n'est qu'une des mesures, qui doit être décidée sur place par les services d'urgence dans certains cas et dans certaines conditions, comme cela se fait parfois à l'étranger.

Parmi les autres mesures qui ont également été avancées par Touring, l'on trouve par exemple la formation intense et constante des sauveteurs ou une meilleure intégration des centrales des services de secours et de trafic, qui permettrait de gagner du temps.

L'organisation de mobilité propose également de diminuer les déviations via des routes secondaires lors d'accidents. "Ces routes régionales ne sont pas prévues pour accumuler une si grande circulation", explique-t-il.

Schouppe: "Les aspects médical et juridique priment sur la mobilité"

Le secrétaire d'Etat à la Mobilité, Etienne Schouppe (CD&V), joint par l'agence Belga mercredi, a accueilli froidement l'idée du dépannage des véhicules avant l'évacuation des victimes dans certains cas et la rédaction des constats, envisagée par l'organisation de mobilité Touring, pour réduire les embouteillages sur les routes.

"Je peux comprendre qu'une organisation de mobilité se soucie d'améliorer la circulation sur les routes, mais la priorité va aux soins et au respect des victimes", a commenté le porte-parole du secrétaire d'Etat, qui précise également que M. Schouppe ne reste pas sourd aux autres propositions de Touring en terme de mobilité.

"Pour chaque accident de voiture, il y a des responsabilités civiles et pénales à déterminer, par le parquet et les experts. Ce devoir d'enquête prime sur la frustration des automobilistes bloqués dans les embouteillages", a ajouté le porte-parole.