Le Gordel pluvieux a attiré moins de monde

La 31e édition de la manifestation sportive visant à souligner le caractère flamand de la périphérie bruxelloise a vu peu de personnalités politiques ce dimanche. Le mauvais temps semblait aussi responsable de l’absence d'une moitié de participants par rapport à l'an dernier. Les organisateurs ont dénombré 43.400 cyclistes et marcheurs ce dimanche.

Cette année, la manifestation à caractère sportif avait pour thème "bouger de façon saine". Son organisateur, le Bloso (l’administration flamande chargée de la promotion du sport et de l’éducation physique) avait prévu 15 promenades à vélo ou à pied qui prenaient leur départ à Rhode-Saint-Genèse, Dilbeek, Zaventem ou Overijse. Ce qui représentait un total de plus de 600 kilomètres à parcourir en périphérie verte de Bruxelles.

Plusieurs des communes traversées offraient également des animations spécifiques. Ainsi Dilbeek plaidait en faveur d’une alimentation saine, Rhode-Saint-Genèse proposait des animations aux enfants, tandis qu’Overijse mettait l’accent sur la beauté de la nature et le patrimoine.

La pluie était néanmoins au rendez-vous dès ce dimanche matin, ce qui semble avoir découragé bon nombre de "Gordelaars". Selon un journaliste de la VRT présent sur le terrain, "les tentes pour les inscriptions à Zaventem étaient délaissées en raison de la pluie battante. Certains cyclistes ont néanmoins bravé la pluie pour parcourir 100 kilomètres (la plus longue distance proposée). Mais ce matin il y avait nettement moins de monde que lors de l’édition record de l’an passé".

Les organisateurs s’attendaient d’ailleurs à voir entre 20.000 et 30.000 participants de moins qu’en 2010, soit un total de 50.000 à 60.000 cyclistes et marcheurs cette année. Finalement, ils n'étaient que 43.400 participants ce dimanche.

En certains endroits du parcours, comme notamment à Kraainem, les fortes pluies de la nuit ont temporairement bloqué la route aux cyclistes ou les ont obligé à rouler dans la boue.

Peu de personnalités politiques

Le Gordel visant également à souligner le caractère flamand des communes de la périphérie bruxelloise, où réside un nombre croissant de francophones et d’allophones, attire chaque année de nombreux hommes politiques flamands. Ce n’était cependant pas le cas ce dimanche.

L’absence des politiciens n’était cependant pas seulement due au mauvais temps. Le ministre-président flamand Kris Peeters (CD&V) se trouvait encore en France, où il effectuait ce samedi l’ascension du mythique Col du Galibier avec des patients souffrant d’asthme ou de la mucoviscidose, pour l’opération de récolte de fonds "Climbing for Life". Quant au parlementaire flamand Eric Van Rompuy (CD&V), Gordelaar chevronné, il n’était pas disponible ce dimanche.

Il semble aussi que certains politiciens ne voulaient pas mettre de l’huile sur le feu de la discorde communautaire alors que les présidents de huit partis politiques discutent depuis 2 semaines des dossiers communautaires dans l’espoir de parvenir à un accord pour la formation d’un nouveau gouvernement fédéral.

Le ministre flamand des Sports, Philippe Muyters (N-VA, photo), participait par contre au Gordel. "Je suis présent pour deux raisons : souligner le caractère flamand de la périphérie, et parce que je suis ministre du Sport et que je trouve important de faire du sport ensemble". Quant au député nationaliste flamand Ben Weyts (N-VA), il affirmait avoir emprunté le T-shirt d’Eric Van Rompuy arborant l’inscription "Scindez BHV" pour participer à l’événement sportif.