73% des Flamands fiers d’être Belges

Une enquête menée par TNS Media à la demande du programme télévisé « Koppen » (VRT) et du quotidien Het Nieuwsblad indique que trois quarts des Flamands interrogés n’imaginent pas leur Région devenir indépendante et que deux tiers des personnes questionnées estiment que la Belgique survivra encore longtemps.

« Je suis Flamand et fier de l’être » est un slogan que l’on entend apparemment souvent dans certains milieux au Nord de la Belgique. La réalité serait néanmoins plus nuancée, comme l’indique l’enquête menée par TNS Media à la demande du programme « Koppen » de la première chaîne télévisée de la VRT et du quotidien Het Nieuwsblad.

Réalisée par téléphone auprès de 1.013 personnes, cette enquête indique que 73% des Flamands interrogés sont fiers d’être Belges. Parmi les plus jeunes, ce pourcentage monte même à 80%, parmi les étudiants à 90%. Par contre, 25% des personnes questionnées affirment ne pas être fiers d’être Belges. Dans la province d’Anvers, ce pourcentage monte à 34%, dans les grandes agglomérations à 32%, parmi les personnes de plus de 55 ans à 31% et parmi les autres citoyens non-actifs à 36%.

Les électeurs du CD&V, du SP.A et d’Open VLD - à savoir les partis traditionnels - sont en général plus fiers d’être Belges que la moyenne des autres électeurs. Ceux qui votent pour les écologistes de Groen ! sont moyennement fiers. Quelque 50% des électeurs du parti d’extrême-droite Vlaams Belang et 36% des électeurs de la N-VA nationaliste ne sont pas fiers de leurs nationalité. Il est néanmoins surprenant d’apprendre que 51% des électeurs de la N-VA questionnés se disent par contre fiers d’être Belges. Ce qui démontre que le parti de Bart De Wever n’attire pas que des nationalistes flamands radicaux.

Le Flamand devenu d’autant plus Européen ?

Des Flamands questionnés dans le cadre de l’enquête, 44% affirment se sentir en premier lieu Belges. Dans la tranche d’âge des 35 à 40 ans, ce pourcentage monte à 50%. Quelque 41% des personnes interrogées disent par contre se sentir avant tout Flamandes. Parmi les indépendants, ce pourcentage monte à 58%.

Seuls 13% des interlocuteurs sondés déclarent se sentir en premier lieu Européens. Il s’agit avant tout de citoyens qui ont effectué des études supérieures, des membres cadres ou des personnes de classes sociales supérieures.

Quelque 66% des électeurs d’Open VLD, 57% des électeurs du SP.A et 47% des électeurs du CD&V affirment se sentir avant tout Belges. Quelque 66% des électeurs du Vlaams Belang et 63% des électeurs de la N-VA se sentent principalement Flamands. Etonnamment, 41% des électeurs de Groen ! se disent avant tout Européens.

La Flandre, mon pays ?

Trois quarts des Flamands interrogés déclarent ne pas vouloir voir la Belgique disparaître. Parmi les femmes, ce pourcentage monte à 79%, parmi les employés il passe à 82%, parmi les femmes ou les hommes qui sont au foyer il monte à 93%, et dans la classe sociale supérieure 81% des personnes interrogées ne veulent pas de scission de la Belgique.

Quelque 22% des personnes questionnées sont par contre favorables à une Flandre indépendante. Parmi les électeurs du Vlaams Belang, ce pourcentage passe à 56% et parmi ceux de la N-VA à 37%. Au contraire, 61% des électeurs de la N-VA ne veulent pas que la Flandre devienne indépendante. La N-VA a beau être le plus grand parti de Flandre depuis les élections de juin 2010, la majorité de ses électeurs ne rêvent pas de l’indépendance de leur Région.

Quoi qu’il en soit, 30% des personnes interrogées estiment que la Flandre sera indépendante d’ici 10 ans. Quelque 66% pensent le contraire et 79% ne veulent absolument pas que leur Région devienne indépendante dans la décennie. Parmi les électeurs du Vlaams Belang, 50% attendent néanmoins « un heureux événement ». Ils ne sont que 36% parmi les électeurs de la N-VA et 33% des électeurs de LDD à espérer une scission de la Belgique.