Le titre Dexia suspendu à la Bourse

A la demande de l’Autorité des services et marchés financiers, l’action du groupe franco-belge a été suspendue à Euronext. Dans un communiqué de presse, Dexia a affirmé qu’il n’y avait pour le moment encore aucun scénario de scission sur la table du groupe. Le Premier ministre démissionnaire, Yves Leterme (CD&V), et le ministre des Finances, Didier Reynders (MR), ont entretemps reçu un mandat du conseil ministériel restreint pour négocier avec la France sur l’avenir du groupe franco-belge.

Peu avant 16h00, l’action Dexia a été suspendue ce jeudi à la Bourse de Bruxelles, à la demande du régulateur. A sa suspension, le titre perdait 17,24% et était tombé à 0,85 euro, alors que des négociations sont en cours entre les gouvernements belge et français sur l’avenir du groupe Dexia. Ce dernier est coté en Bourse à Bruxelles et Paris. Il y a 5 ans, le litre Dexia valait encore 20 euros.

Le régulateur indique que la suspension a été requise notamment dans l’attente de détails supplémentaires au sujet des conditions financières d’une possible vente de Dexia Banque Internationale à Luxembourg. Le ministre des Finances luxembourgeois Luc Frieden a annoncé jeudi matin qu’un investisseur international (QIA au Qatar) serait prêt à reprendre Dexia Banque Internationale à Luxembourg en vue de son développement comme acteur stratégique sur la place financière de Luxembourg.

Ce jeudi, le groupe Dexia avait cependant publié un communiqué de presse indiquant qu’aucune décision n’avait encore été prise sur un possible démantèlement du groupe franco-belge.

A l’issue du comité ministériel restreint de ce jeudi matin, le gouvernement fédéral belge en affaires courantes a indiqué sa volonté de renforcer au maximum la position belge au sein de Dexia Banque Belgique. Certains ont interprété cette annonce comme les prémisses d’une nationalisation de la banque.