Des dizaines d'Indignés arrêtés à Koekelberg

Des dizaines d'Indignés, qui se résignaient à camper dans le parc Elisabeth, proche de la basilique de Koekelberg, ont été privés de liberté samedi soir. Les autorités avaient pourtant mis des locaux plus confortables à leur disposition.

Samedi soir, la police avait tout d'abord encerclé certains activistes qui persistaient à rester dans le parc Elisabeth, à Koekelberg. Puis, après les avoir avertis qu'ils ne pouvaient rester là, des équipes d'intervention sont passées à l'offensive.

La plupart des centaines d'Indignés venant de différents pays d'Europe avaient commencé à quitter le parc, samedi soir, pour se diriger vers les locaux de l'HUB (Hogeschool-Universiteit Brussel). La ville de Koekelberg leur avait en effet mis à disposition cet endroit où ils trouveraient plus de confort.

Parc protégé

Mais un groupe était resté assis dans le parc, refusant de le quitter. La police les avait sommés d'évacuer et après quelques heures de patience, les brigades d'intervention, qui avaient été appelées et qui entouraient les activistes, sont passées à l'action. Des dizaines de personnes ont alors été emmenées de force dans des bus de la police.

Plus tôt, un commissaire de la zone de police Bruxelles-Ouest avait expliqué aux activistes qu'ils ne pouvaient pas camper à l'intérieur du parc Elisabeth. Ce site étant protégé, une circulaire communale prévoit que les rassemblements de plus de cinq personnes après le coucher du soleil y sont interdits.

Les Indignés sont rassemblés à Bruxelles pour une semaine de réflexion sur la façon dont la société est gérée. Ils veulent lutter pour que le citoyen s'approprie plus de droits de décision et devienne acteur d'un changement vers plus de démocratie.